Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Conseil national ne veut pas davantage serrer la vis concernant les interdictions de fumer dans les espaces publics. Comme le gouvernement, il juge prématurée l'initiative populaire de la Ligue pulmonaire, 18 mois à peine après l'entrée en vigueur de la loi fédérale contre la fumée passive.

Les débats ont été en tous points similaires à ceux qui ont précédé le vote de la loi. Les promoteurs de la santé et de la protection des travailleurs ont croisé le fer avec les thuriféraires de la liberté et de la responsabilité individuelles. C'est nettement, par 118 voix contre 54 et 9 abstentions, que la Chambre du peuple a recommandé le rejet du texte.

Le Conseil national estime qu'il faut laisser à la loi fédérale le temps de déployer ses effets. Obtenue au terme d'un compromis difficile, elle a le mérite de l'équilibre entre protection de la santé et respect de la liberté, ont déclaré plusieurs orateurs bourgeois.

Il faut dire non

L'initiative va surtout trop loin, interdisant à une personne qui travaille seule dans son bureau de pouvoir allumer une cigarette. A un moment donné, il faut dire non, selon le conseiller fédéral Didier Burkhalter.

En raison de la souplesse de la loi fédérale, onze cantons s'en tiennent aux standards minimum de la loi fédérale. Quinze se montrent plus stricts.

Le constat est unanime: dans les cantons précurseurs et les plus sévères, comme le Tessin et les Grisons, le nombre de maladies cardio-vasculaires affiche une baisse jusqu'à 20%.

Armée d'hygiénistes

C'est avant tout des rangs de l'UDC qu'est venue l'opposition. A l'image de la Genevoise Céline Amaudruz qui s'en est pris à cette "armée d'hygiénistes et de réglementocrates prêts à vivre dans l'ennui le plus total mais en parfaite santé".

En soutenant l'initiative, le camp rose-vert veut harmoniser les différences cantonales et serrer la vis d'un cran. Plus de 60% de la population est encore insuffisamment protégée, a indiqué Guy Parmelin (UDC/VD) au nom de la commission. La loi actuelle ne protège pas vraiment une serveuse qui assimile l'équivalent de 15 à 35 cigarettes par jour.

ATS