Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Bernoise Tamara Funiciello est la nouvelle présidente de la Jeunesse socialiste suisse.

KEYSTONE/WALTER BIERI

(sda-ats)

La Jeunesse socialiste suisse (JSS) est conduite pour la première fois de son histoire plus que centenaire par une femme. Les délégués du parti, réunis en assemblée annuelle extraordinaire samedi à Zurich, ont élu Tamara Funiciello à leur tête.

La Bernoise âgée de 26 ans succède à Fabian Molina, qui se retire après deux ans et demi à ce poste. La jeune femme étudie à l'université de Berne et travaille comme secrétaire syndicale chez Unia, selon sa page Facebook. Avec 176 votes contre 79, les délégués l'ont préférée à l'autre candidate, Samira Marti, de Bâle-Campagne.

Dans Le Matin Dimanche, Tamara Funiciello avait plaidé début mai pour la semaine de travail de 25 heures. "Avec l'informatisation et la robotisation, il faudra à l'avenir trouver de nouvelles solutions pour que tout le monde puisse avoir un travail", avait-elle expliqué.

Parallèlement, les délégués ont nommé le Vaudois Kévin Buthey pour remplacer François Clément au poste de vice-secrétaire central de la JSS, responsable pour la Suisse romande. Le Valaisan Sebastian Werlen remplace Hanna Bay au comité directeur.

La JSS a également pris position sur les objets de votations du 25 septembre. C'est unanimement que la nouvelle loi sur Service de Renseignements (LRens) est rejetée. En revanche, les jeunes socialistes disent oui à l'initiative AVSplus et oui à l'initiative pour une économie verte.

ATS