Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Jeux olympiques - Le TAS a jugé "non valable et inapplicable" la règle du CIO empêchant les athlètes, suspendus pendant plus de six mois lors de l'olympiade précédente, de participer aux Jeux olympiques suivants.
Cette décision est l'aboutissement de la demande d'arbitrage conjointe déposée auprès du Tribunal arbitral du sport (TAS) par le Comité olympique des Etats-Unis (USOC) et le Comité international olympique (CIO) concernant la validité de cette règle. Plusieurs sportifs américains, dont le champion olympique du 400 m LaShawn Merritt, étaient menacés de ne pouvoir participer aux JO de Londres en vertu de ce principe.
Cette règle, article 45 de la Charte olympique également appelée "règle Osaka", avait été adoptée en juin 2008 par la commission exécutive du CIO. Interdisant "aux athlètes suspendus pour une période de plus de six mois en raison d'une violation des règles antidopage de participer aux prochains Jeux olympiques suivant l'expiration de leur suspension", elle était entrée en vigueur lors des Jeux de Vancouver en 2010.
Le CIO a indiqué dans un communiqué "respecter pleinement" la décision du TAS malgré sa "déception".
En Suisse, cette décision constitue une bonne nouvelle pour le sprinter Cédric Nabe. Le Genevois, suspendu un an dès le 22 juin en raison de manquements concernant l'annonce de ses lieux de séjour, peut donc à nouveau envisage de participer aux JO de Londres, notamment avec le relais 4x100 m.

ATS