Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Tribunal arbitral du sport (TAS) prendra sa décision le 9 mai au plus tard sur la suspension de six ans infligée par la FIFA à Michel Platini, le président de l'UEFA.

Cette date butoir donnera donc un mois à l'UEFA, qui se réunit en Congrès lundi et mardi à Budapest, pour organiser l'élection d'un nouveau président avant l'ouverture de l'Euro en France, le 10 juin, si la suspension de l'ancien no 10 des Bleus devait être maintenue.

Contraint par cette affaire à renoncer à sa candidature à la tête de la FIFA, pour l'élection du 26 février dernier, Platini n'a jamais caché qu'il entendait retrouver son poste à la tête du football européen et, à ce titre, ouvrir l'Euro 2016 le 10 juin au Stade de France.

Cette annonce du TAS est intervenue quelques minutes avant la sortie attendue de Platini, entendu toute la journée par les arbitres du TAS dans le cadre de l'appel de sa suspension.

Après le TAS, "la dernière étape possible sera un recours au Tribunal fédéral, qui ne sera pas un recours sur le fond", mais seulement sur les questions de droit, avait précisé le président du TAS Matthieu Reeb vendredi matin à la presse.

"Aujourd'hui c'est le début du match, un nouveau match, une finale, et on est tous sur la même ligne", avait déclaré Platini avant d'entrer au TAS. "Je suis optimiste, on va gagner."

Le 21 décembre, le Français avait été suspendu huit ans par la justice interne de la FIFA, et donc privé de toute activité liée au football, peine réduite à six ans en appel en février.

Mis en cause à la suite de la révélation d'un paiement de 2 millions de francs reçu en 2011 de la FIFA, pour rémunérer un travail de conseiller de Joseph Blatter, alors président, Platini avait été jugé coupable par la FIFA "d'abus de position", de "conflit d'intérêts" et de "gestion déloyale". Seule la charge de "corruption" avait été écartée.

Ce paiement suspect avait été dévoilé en septembre dernier, sur la lancée du vaste scandale de corruption qui ébranle la FIFA. Suspect car très en retard: le paiement était en effet intervenu neuf ans après un travail effectué en 2002, sans aucun contrat écrit.

ATS