Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Plus de la moitié des encres de tatouage utilisées en Suisse sont nocives. Les autorités les ont retirées du marché et ont facturé les coûts des analyses aux studios concernés. Les contrôles à la frontière seront renforcés.

De nombreuses préparations contenaient des pigments et des agents conservateurs interdits. Dans un cas sur 20, les pigments n’étaient pas déclarés correctement, écrit jeudi l'Office fédéral de la sécurité alimentaire (OSAV).

De nombreux tatoueurs n'effectuent pas d'autocontrôle sérieux et ont recours à des produits qui ne respectent pas les dispositions légales. Des locaux déjà inspectés dans le passé possédaient des articles déjà épinglés lors d'analyses précédentes.

Les encres de tatouage feront l'objet de contrôles à la douane déjà, au moment de leur importation. L'OSAV bénéficiera à cette fin de la collaboration des chimistes cantonaux et de la Direction générale des douanes. La révision de l'ordonnance sur les denrées alimentaires et les objets usuels projette en outre d'obliger les salons de tatouage à annoncer leurs produits.

L'office fédéral recommande aux amateurs de tatouages de bien se renseigner avant de passer à l'acte. Il indique avoir mis en ligne des informations sur son site.

L'Association des chimistes cantonaux (ACCS) a examiné 229 préparations, dont 206 couleurs de tatouage. S'y ajoutent 23 teintes de maquillage, dont trois n'étaient pas conformes.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS