Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le canton de Berne veut mettre de l'ordre dans le secteur des taxis, après avoir constaté une baisse de la qualité. Toutes les communes devront désormais faire passer des tests d'aptitude aux futurs conducteurs pour éviter des disparités au niveau du service.

Les chauffeurs de taxi sont toujours plus nombreux à offrir leurs services dans les villes de Berne et de Bienne aux heures les plus lucratives sans pour autant y résider. Une situation qui pose deux problèmes: les chauffeurs venant d'autres communes encombrent les places de stationnement et ne connaissent parfois ni la langue ni la localité.

Seuls les grands centres urbains de Berne, de Bienne et de Thoune ainsi que certaines communes touristiques organisent actuellement des examens. Avec le projet d'ordonnance présenté vendredi, tous les futurs chauffeurs de taxi devront connaître le territoire de leur commune d'emplacement mais aussi toute l'agglomération. Ils devront répondre également aux mêmes exigences linguistiques.

Le gouvernement ne se prononce pas directement sur l'instauration de quotas pour réguler le nombre de chauffeurs de taxi. Il estime cependant qu'un tel système de contingentement constituerait une atteinte au droit fondamental de la liberté économique.

ATS