Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Peu aimables, pas toujours très honnêtes et souvent en délicatesse avec le code de la route: les chauffeurs de taxis en Europe ne sont pas à l'honneur dans les résultats d'une enquête de la Fédération Internationale de l'Automobile publiés jeudi.

"Pour être honnête, nos inspecteurs ont parfois pris place dans des véhicules aux normes, conduits par d'excellents chauffeurs, mais, trop souvent, les courses ont été problématiques à cause de chauffeurs désagréables, de véhicules sales et de l'impossibilité de régler par carte de crédit", déplore le directeur général du bureau bruxellois de la FIA.

220 chauffeurs dans 22 grandes villes européennes, dont Genève, ont été "testés" pour cette enquête entre le 7 mai et le 22 juin.

Pire expérience à Rome

La pire expérience a été vécue à Rome, avec un taxi qui s'est perdu à deux reprises sur le trajet entre l'aéroport et le centre des congrès, a tenté d'escroquer son client sur le tarif affiché au compteur et conduisait un véhicule avec une fenêtre cassée et des sièges élimés. La meilleure a été constatée à Barcelone, en Espagne, sur un trajet reliant l'aéroport à la gare centrale.

Mais aucun service de taxi n'a été jugé excellent par les enquêteurs. Six villes - Barcelone, Berlin, Cologne, Lisbonne, Milan, Munich et Paris - ont obtenu la mention "bien". Huit villes - Bruxelles, Genève, Hambourg, Oslo, Rotterdam, Salzbourg, Zagreb et Munich - ont été jugées "passables".

Parcourt 20 fois plus long

Six villes - Amsterdam, Luxembourg, Madrid, Prague, Rome et Vienne - sont considérées "mauvaises" et une - Ljubljana - "très mauvaise". Le principal grief porte sur les détours qui rallongent le trajet. La plupart ont été constatés la nuit. Le plus long a été enregistré à Hambourg, avec un parcours vingt fois plus long que le trajet direct, précise l'enquête.

Les enquêteurs étaient équipés de navigateurs pour les aider à comparer le trajet emprunté par le chauffeur par rapport à la route la plus directe et de juger le respect des limitations de vitesse et du code de la route, précise la FIA.

ATS