Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les taxis genevois auront bientôt tous le même logo collé sur leur portière (photo d'illustration).

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

(sda-ats)

A Genève, les taxis ne sont plus autorisés depuis peu à emprunter les voies de bus en circulant à vide, au grand dam de la profession. Le conseiller d'Etat Pierre Maudet est cependant prêt à soutenir une modification de la loi sur ce point.

"Je soutiens le principe", a déclaré mardi devant les médias le magistrat, qui, en tant que responsable du département de la sécurité et de l'économie (DSE), a la charge de s'occuper du délicat dossier des taxis. Deux projets réclamant la levée de l'interdiction sont actuellement étudiés par le Grand Conseil.

La restriction de circulation est notamment liée à la peur d'embouteillages sur les voies de bus. Avec un nombre de taxis autorisés revu à la baisse, cette crainte devrait toutefois s'avérer infondée. Le numerus clausus va être remené à 1100 véhicules au lieu des 1300 initialement prévus dans le règlement, a noté M.Maudet.

Concertation

La question de l'utilisation des voies de bus par les taxis circulant à vide fait partie des améliorations potentielles identifiées par les autorités cantonales six mois après l'entrée en vigueur de la nouvelle loi sur les taxis et véhicules de transport avec chauffeur (LTVTC).

Ce bilan a été fait en concertation avec les milieux professionnels. Les discussions ont permis, notamment, de trouver un accord sur un nouveau logo qui sera prochainement posé sur les portières de tous les taxis. Cette initiative donnera à la profession "une image moderne et unifiée", selon le DSE.

Les six premiers mois de la LTVTC ont été considérés par les autorités comme une période de transition. Les cartes ont été rebattues. Des chauffeurs ont arrêté, d'autres ont acheté plusieurs plaques pour monter leur petite entreprise, enfin, des personnes ont passé les examens pour pouvoir conduire un taxi.

L'ordre a aussi été fait dans le domaine des véhicules de transport avec chauffeur (VTC), devenus populaires avec l'arrivée de l'entreprise Uber sur le marché. Actuellement, Genève compte 516 chauffeurs VTC auxquels s'ajoutent 399 personnes ayant réussi les examens au mois de décembre.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS