Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Plus d'une centaine de bébés phoques se sont échoués sur la côte du nord des Pays-Bas à la suite des récentes tempêtes. Ils ont été recueillis dans un centre d'accueil pour phoques à Pieterburen, au nord des Pays-Bas, a-t-on appris vendredi.

"Ces dix derniers jours, suite aux tempêtes, nous avons secouru plus de cent phoques qui s'étaient échoués, ce qui porte à 365 le nombre de phoques dans le centre", a déclaré Lenie t'Hart, la directrice de l'établissement qui recueille environ 150 phoques par an

Cette affluence est due aux tempêtes qui viennent de sévir au nord des Pays-Bas mais aussi à la "pression" que subissent les phoques des Pays-Bas. "Ces deux ou trois dernières années, nous avons vu de plus en plus de phoques s'échouer, trop faibles pour subvenir à leurs besoins", souligne Mme t'Hart.

Pollution

"C'est le résultat de la surpêche commerciale autant que de la pollution: les phoques tombent malades après avoir avalé des poissons contenant des produits toxiques", explique-t-elle.

Les phoques âgés de moins d'un an sont les plus vulnérables. "Ces bébés mangent des petits poissons mais même dans les zone protégées, ils ne trouvent plus de nourriture car il n'y a plus de petits poissons", précise-t-elle.

Quand un nouveau-né arrive à la crèche, il est lavé et réhydraté avant de recevoir une "purée" de harengs. Les petits phoques sont ensuite placés dans des bassins spécifiques afin de recouvrer leurs forces.

Les phoques séjournent en moyenne trois mois au centre, le temps de recouvrer suffisamment de force pour être relâchés dans la mer des Wadden. Inscrite partiellement au patrimoine mondial de l'UNESCO en 2009, cette mer est composée de barrières de sable naturelles qui protègent une mer peu profonde, et borde les côtes allemandes et néerlandaises.

ATS