Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des menaces terroristes ont conduit dimanche les autorités allemandes à interdire la manifestation du mouvement anti-islam Pegida à Dresde. Pendant ce temps, les autorités belges traquent le cerveau de la cellule djihadiste présumée démantelée et vont demander à la Grèce l'extradition d'un suspect.

Les autorités allemandes ont évoqué un "risque terroriste concret" pour interdire "tout rassemblement public en plein air" lundi à Dresde. La police a fait état d'un "appel à se mêler aux manifestants pour tuer un membre de l'organisation" de ces rassemblements.

Les ministres européens des Affaires étrangères se réunissent lundi matin à Bruxelles pour envisager les moyens de renforcer leur coopération dans la lutte antiterroriste. Le sujet sera au programme du sommet des chefs d'Etat et de gouvernement le 12 février.

"Pas la bonne personne"

En Belgique, la justice traque toujours le cerveau présumé de la cellule djihadiste démantelée jeudi à Verviers, près de Liège (est), qui projetait des attaques contre les forces de l'ordre. Abdelhamid Abaaoud est toujours en fuite, a confirmé dimanche le ministre belge de la Justice, Koen Geens.

Les deux arrestations qui ont eu lieu samedi en Grèce n'ont "pas permis de mettre la main sur la bonne personne", a-t-il déclaré à la télévision flamande VRT.

Extradition demandée

"Une plus ample analyse des éléments de notre enquête nous donne suffisamment de raisons de demander l'extradition" d'un de ces suspects, a toutefois indiqué dans la soirée le parquet fédéral belge dans un communiqué.

Un porte-parole du parquet a précisé que l'homme "pourrait avoir un lien" avec la cellule démantelée. L'autre homme arrêté samedi à Athènes a été libéré dimanche sans qu'aucune charge ne soit retenue contre lui, selon une source policière grecque.

En Belgique, environ 150 soldats ont été déployés samedi matin pour surveiller des sites sensibles, à Bruxelles et à Anvers (nord). D'autres communes, comme Verviers ont aussi demandé du renfort militaire.

Enquête en France

En France également, l'enquête se poursuit sur les attentats de Paris. Neuf personnes soupçonnées d'être liées à Amédy Coulibaly ont vu dimanche leur garde à vue prolongée jusqu'à mardi soir. Parmi elles se trouve une femme.

Par ailleurs, les auteurs de l'attaque contre "Charlie Hebdo" ont été inhumés dans la plus grande discrétion ce week-end, l'un samedi soir à Genneviliers, près de Paris, l'autre vendredi soir à Reims. Chérif et Saïd Kouachi reposent dans des tombes anonymes.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS