Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Thaçi appelle à Genève à saisir la "fenêtre" entre Kosovo et Serbie

Les dirigeants de la région des Balkans sont d'accord d'avancer sur une collaboration économique malgré les divisions entre certains d'entre eux dont le président kosovar Hashim Thaçi et la Première ministre serbe Ana Brnabi qui étaient autour de la même table à Genève.

KEYSTONE/CYRIL ZINGARO

(sda-ats)

Le président kosovar Hashim Thaçi a répondu à Genève aux critiques contre un échange de territoires avec la Serbie. Il a appelé mardi au WEF à saisir "la fenêtre" pour un accord "historique". Pour Belgrade, la reconnaissance du Kosovo n'est pas "une question ouverte".

"Si nous perdons ce moment favorable, nous risquons ensuite d'entrer dans une nouvelle décennie de perspectives incertaines et de conflit gelé", a affirmé devant la presse M. Thaçi, au terme d'un sommet sur les Balkans au Forum économique mondial (WEF). "La situation actuelle n'est pas tenable".

Après un dîner lundi soir, huit dirigeants ou ministres de la région et d'Europe centrale étaient réunis à Cologny (GE) pour avancer sur l'intégration économique dans la région. Fait assez rare, le président kosovar et la Première ministre serbe Ana Brnabic étaient autour de la même table. Mais leurs visages cachaient peu les divergences encore à surmonter.

Mme Brnabic a notamment rejeté toute possibilité de reconnaissance de l'indépendance du Kosovo, dix ans après cette proclamation. "Nous allons le reconnaître cette année pour ce qu'il est, une province autonome de la République serbe", a-t-elle dit. "Ce n'est pas une question ouverte", a-t-elle ajouté. Malgré ces "obstacles", la Serbie veut une région stable pour ne pas perdre les bénéfices de ses efforts de consolidation fiscale des dernières années.

"Coût" politique pour Thaçi

M. Thaçi est confronté à des contestations internes sur sa proposition de "corrections" des frontières pour normaliser les relations avec la Serbie. Il fait face à l'opposition de son Premier ministre Ramush Haradinaj et du président du Parlement.

L'échange de territoires porterait sur la vallée de Presevo, région majoritairement albanaise du sud de la Serbie, et le secteur de Mitrovica-nord, où habitent, selon les estimations, un tiers des 120'000 Serbes du Kosovo. Des milliers de personnes ont manifesté dimanche contre M. Thaçi. "Cela aura un coût pour moi", mais ceux qui critiquent ces efforts "ont échoué à proposer des alternatives", a dit mardi celui-ci.

Outre le Kosovo et la Serbie, les divisions entre la Croatie et la Slovénie sur leur zone maritime ont également été abordées à Cologny. La Cour internationale de justice (CIJ) avait donné raison à Ljubljana dans ce différend.

Mais le Premier ministre croate Andrej Plenkovic a répété mardi que son pays n'appliquerait pas une décision unilatérale. "Top ou tard", cet arrêt sera mis en oeuvre, a estimé de son côté le président slovène Borut Pahor. "Nous devons travailler ensemble", a-t-il ajouté.

Suisse représentée

Parmi les autres dirigeants présents se trouvaient notamment le Premier ministre albanais Edi Rama, le vice-Premier ministre monténégrin Zoran Pazin et une ministre bulgare Lilyana Pavlova ont aussi fait le déplacement à Genève. En soutien, les ministres turc et slovaque des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu et Miroslav Lajcak et allemande de la défense Ursula von der Leyden ont aussi assisté à la réunion.

La Suisse était elle représentée par la secrétaire d'Etat adjointe Krystyna Marty Lang. Celle-ci n'a pas souhaité s'exprimer au terme de la rencontre. Après un mécanisme lancé en janvier à Davos (GR), tous ces acteurs s'étaient réunis à Sofia. Mardi, ils se sont engagés à poursuivre dans la station grisonne leurs pourparlers et se sont déjà entendus sur plusieurs avancées.

Des discussions "très intenses" et "couronnées de succès" notamment sur les nouvelles technologies, a affirmé le président exécutif du WEF, Klaus Schwab. Son président Borge Brende, qui a dirigé la réunion, a souligné que "l'Europe sera très influencée par les développements dans les Balkans". Notamment par l'investissement, l'emploi et une croissance inclusive dans la région.

Parmi les mesures, les Etats présents ont accepté de lancer un centre régional sur les nouvelles technologies, associé au réseau du WEF. Un sommet du sud-est de l'Europe sera organisé en 2019. Un conseil pour la compétitivité dans la région et un accord de collaboration avec le WEF sur la cybersécurité seront aussi établis.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.