Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Bangkok - Les soldats thaïlandais ont pris le contrôle du centre de Bangkok, qui offre un spectacle de désolation avec des centres commerciaux incendiés et des rues désertes. Au lendemain d'émeutes ayant suivi l'assaut contre les "chemises rouges", la tension est nettement retombée.
Aucun affrontement sérieux n'a été signalé durant la journée. Mais le gouvernement a reconduit pour trois nuits le couvre-feu qui a permis, selon lui, de stopper les violences et les incendies allumés par les émeutiers mercredi d'un quartier à l'autre.
"Il y a encore des militants armés, cachés dans des immeubles" aux alentours de la "zone rouge" évacuée mercredi, a affirmé le porte-parole de l'armée.
Au total, 14 personnes, dont un photographe italien, ont été tuées et 91 blessées lors de l'assaut militaire qui a mis fin à deux mois de manifestations.
Des cars et des trains ont été mis à disposition jeudi pour raccompagner les manifestants antigouvernementaux chez eux. La plupart sont originaires des régions agricoles et pauvres du nord et du nord-est où l'état d'urgence et le couvre-feu ont été également décrétés après des incendies de bâtiments officiels.
Le premier ministre Abhisit Vejjajiva, dont les "rouges" exigeaient la démission, a appelé la population à lui faire confiance pour rétablir le calme. "Nous ramènerons la paix et nous nous relèverons", a-t-il assuré.
La gravité de la crise, qui a fait au moins 82 morts et plus de 1800 blessés depuis la mi-mars, risque d'accentuer les divisions déjà profondes de la société thaïlandaise. Masses rurales et classes populaires des environs de la capitale s'estiment privées des fruits du boom économique et méprisées par les élites de Bangkok, que symbolise selon elles M. Abhisit.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS