Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Quelques centaines de personnes dont les habitations dans le nord-est de Bangkok sont inondées depuis des jours, ont réclamé lundi une évacuation plus rapide de l'eau. Elles ont accusé les autorités de les sacrifier pour protéger le centre de la capitale toujours au sec.

Dimanche soir, plusieurs centaines de personnes s'étaient rassemblées près d'une écluse du district, exigeant qu'elle soit ouverte plus largement qu'elle ne l'est actuellement pour évacuer plus vite l'eau qui submerge leur quartier, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Plusieurs districts du nord et de l'est de la capitale sont inondés depuis plus d'une semaine, tout comme certains quartiers sur les rives du fleuve Chao Phraya qui traverse la ville. Et la situation dans ces zones "reste critique", a estimé lundi le Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l'ONU (Ocha).

Tensions

Le centre financier et d'affaires de Bangkok est en revanche épargné par ces inondations historiques qui ont fait au moins 381 morts depuis fin juillet. Samedi, des habitants avaient détruit une digue dans le nord de la ville, selon Ocha, qui a noté que "des tensions ont été rapportées entre autorités et habitants qui craignent que les digues n'empêchent l'eau d'être évacuée de leur district".

L'autorité administrative de Bangkok a assuré s'inquiéter du sort de la population dans son ensemble mais ne pas pouvoir faire plus pour ces habitants. "Si nous permettons un plein débit de l'eau, elle ira vers les parcs industriels de l'Est et vers d'autres districts", a précisé son porte-parole.

ATS