Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les autorités ont prévenu dimanche les habitants vivant le long du fleuve, dans le nord de Bangkok, de se tenir prêts si la situation devait s'aggraver, soulignant que les inondations sont "toujours graves". Elles épargnent pour l'instant encore le centre de la capitale thaïlandaise.

Les digues construites sur les berges du Chao Phraya ont empêché le fleuve de trop déborder durant le week-end. Une situation qui a réduit les craintes d'une inondation majeure de la mégalopole de 12 millions d'habitants, dont le centre d'affaires est toujours au sec.

Les masses d'eau accumulées dans les plaines centrales du pays, après une mousson particulièrement abondante, continuaient toutefois à avancer dans le nord de la capitale, où des zones résidentielles sont noyées dans une eau boueuse, et sur la rive ouest du Chao Phraya.

De nombreux morts

Au moins 381 personnes sont mortes et des millions d'autres ont été touchées par les pires inondations depuis des décennies. Des milliers de personnes ont fui Bangkok, notamment vers les villes balnéaires du sud, le gouvernement ayant décrété dans l'urgence la semaine dernière un week-end exceptionnel de cinq jours, jusqu'à lundi.

Il a indiqué dimanche que ces jours fériés ne seraient pas prolongés. Après avoir déclaré que les eaux risquaient de noyer la ville pendant un mois, le premier ministre Yingluck Shinawatra se montre désormais plus optimiste, estimant que la décrue pourrait commencer bientôt.

"Après le 31 octobre, la situation est susceptible de s'améliorer s'il ne pleut pas", a-t-elle déclaré. Le gouvernement espère pouvoir, après la fin de la grande marée, évacuer vers le golfe de Thaïlande l'eau accumulée au nord à travers les nombreux canaux et fleuves dans et autour de Bangkok.

ATS