Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un Britannique, militant des droits de l'Homme de premier plan en Thaïlande, a été inculpé lundi par un tribunal de Bangkok à la suite de plaintes du groupe agroalimentaire thaïlandais Natural Fruit. Il risque jusqu'à sept ans de prison.

Ces poursuites font suite à un rapport en partie rédigé par Andy Hall pour l'ONG finlandaise Finnwatch. Dans ce texte, le militant accuse Natural Fruit de faire travailler des enfants, d'être impliquée dans le trafic d'êtres humains et de sous-payer ses ouvriers.

"Nous avons appris que la Cour pénale avait accepté de poursuivre l'affaire contre Andy Hall pour diffamation et violation de la loi informatique", a déclaré lundi l'avocat de M. Hall, Nakhon Chomphuchat. Le défenseur a précisé que son client était convoqué pour une première audience le 19 octobre.

"Je suis convaincu d'être débarrassé de toutes ces accusations ridicules après un procès juste et transparent", a déclaré Andy Hall. "Le harcèlement judiciaire est clair et simple et les lois qui permettent d'être poursuivi dans ce genre de cas sont sérieusement contestables".

"Accusations sans fondements"

La compagnie Natural Fruit n'était pas immédiatement joignable lundi matin pour un commentaire.

En octobre 2014, Andy Hall avait échappé à une peine ferme pour diffamation dans la même affaire. "La Cour pénale sud de Bangkok avait l'occasion de mettre fin à 30 mois d'intimidations qui visent à faire taire un défenseur des droits de l'Homme", a déclaré Sonja Vartiala, directrice exécutive de Finnwatch, dans un communiqué.

"Malheureusement, la Cour a plutôt choisi de poursuivre avec un procès basé sur des accusations sans fondement", a-t-elle ajouté.

"Pas d'efforts significatifs"

Andy Hall dénonce sans relâche les violations des droits des sans-papiers de Thaïlande venus des pays limitrophes, du Cambodge à la Birmanie. Beaucoup d'entre eux sont employés dans l'industrie de la pêche.

Après un carton jaune de l'Union européenne, qui a donné jusqu'en septembre à la Thaïlande, pour lutter contre la pêche illégale, la junte a décidé de mettre au pas les pêcheurs et de renforcer les contrôles.

Dans un rapport mondial consacré à la traite d'êtres humains, publié en juillet, les Etats-Unis ont maintenu la Thaïlande dans la dernière catégorie. Celle-ci regroupe les pays accusés de ne pas respecter les normes internationales et de ne pas faire d'"efforts significatifs" en matière de lutte contre la traite d'êtres humains.

ATS