Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le procès d'un proche de Nicolas Sarkozy, Thierry Gaubert, s'est ouvert lundi à Paris. Cet ancien collaborateur du président français est poursuivi pour de présumées malversations financières dans l'utilisation des fonds sociaux destinés au logement à la fin des années 1990.

Thierry Gaubert, âgé de 61 ans, conseiller de Nicolas Sarkozy au ministère du Budget entre 1993 et 1995 et secrétaire général de la mairie de Neuilly dans les années 1980 et 1990, comparaît devant le tribunal correctionnel de Nanterre jusqu'au 17 février avec quatre autres personnes. Il nie les charges retenues contre lui.

Longue liste de délits

Les cinq prévenus ont été mis en examen pour une longue liste de délits allant de l'escroquerie à l'exercice illégal de la profession de banquier, en passant par l'abus de confiance, la prise illégale d'intérêts et l'abus de biens sociaux. Les faits les plus anciens remontent à 1991 et les plus récents à 1999.

Thierry Gaubert était alors directeur de l'Habitation française, un comité ayant pour vocation de collecter 1% du logement auprès des entreprises pour financer des logements pour les salariés. Le prévenu est soupçonné, entre autres, de s'être servi de cette structure pour investir dans des programmes profitant à des sociétés dans lesquelles il avait des parts ou des intérêts.

Ce procès a été retardé plusieurs fois, et dernièrement en 2011 par des "questions prioritaires de constitutionnalité". M. Gaubert est aussi mis en examen dans l'affaire Karachi, une corruption présumée en marge de contrats d'armements et de la présidentielle de 1995, où il nie les accusations de sa femme selon lesquelles il aurait convoyé depuis la Suisse des valises d'argent.

ATS