Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'UDC a perdu dix sièges au Grand Conseil thurgovien lors des élections de dimanche. Malgré cette déconfiture, le parti reste le plus fort avec 41 sièges. Le PBD fait son entrée au législatif, avec cinq députés, alors que les Vert'libéraux progressent de deux à six mandats.

Le PS gagne deux sièges et passe à 19 tandis que l'UDF double sa représentation, de trois à six mandats, pouvant ainsi comme les Vert'libéraux et le PBD former un groupe parlementaire. Le PLR conserve ses 18 sièges. Les Verts, eux, en perdent deux et passent à neuf.

Le PDC en perd un et compte désormais 21 députés. Le PEV en perd également un et passe à cinq, maintenant son groupe parlementaire.

Il y a quatre ans, l'UDC avait raflé 36% des voix et 51 des 130 sièges. Selon Walter Marty, président de l'UDC cantonale, la moitié des mandats perdus sont liés à la réorganisation des circonscriptions électorales, au nombre de cinq cette année, contre huit il y a quatre ans.

Gouvernement uranais au complet

A Uri, le gouvernement est de nouveau au complet: au deuxième tour, Barbara Bär (PLR) et Urban Camenzind (PDC) ont fait dimanche leur entrée au gouvernement cantonal. La composition partisane de l'exécutif reste de ce fait inchangée, avec 3 PDC, 2 PLR, 1 UDC et 1 PS.

Les Uranais ont par ailleurs rejeté tant l'initiative de la Jeunesse socialiste demandant une maison des jeunes que le contre-projet gouvernemental proposant un article constitutionnel sur le soutien à l'enfance et à la jeunesse.

ATS