Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un nouveau dauphin est mort dimanche au Connyland de Lipperswil (TG). Il s'agit du deuxième mammifère marin à périr en moins d'une semaine dans le parc d'attraction. La police n'exclut pas qu'un empoisonnement soit à l'origine du nouveau décès. Le Ministère public a ouvert une enquête.

Un lien entre les deux cas n'est pas impossible. Les deux animaux présentaient les mêmes symptômes avant de mourir, a précisé à l'ats le procureur en charge de l'affaire, Patrick Müller. Les cadavres sont en cours d'examen, mais les clarifications toxicologiques s'avèrent compliquées.

L'état de santé du dauphin mort dimanche s'était soudainement détérioré. Malgré l'intervention rapide d'un vétérinaire, l'animal n'a pas pu être sauvé.

Fête techno mise en cause

Un mâle de huit ans avait connu un destin similaire mardi dernier. Selon un examen médical effectué à l'hôpital vétérinaire de l'Université de Zurich, l'animal ne souffrait d'aucune infection et ses organes vitaux étaient dans un état normal.

L'association allemande de protection des baleines et dauphins WDSF avait dénoncé l'organisation il y a deux semaines d'une fête techno près du delphinarium. Selon elle, le système immunitaire des animaux a pu être endommagé par la musique.

Une autre organisation, Oceancare, dénonce les conditions de détention des dauphins au Connyland. Elle va déposer à Berne dans les semaines qui viennent une pétition demandant une interdiction des delphinariums et des importations de dauphins en Suisse. La démarche vise à soutenir une motion déposée par la conseillère nationale Brigitta Gadient (PBD/GR) allant dans le même sens.

Revenant sur l'affaire dans la presse dominicale, le directeur de l'Office vétérinaire fédéral Hans Wyss a déclaré ne pas voir de nouvelle raison d'intervenir au Connyland. Les conditions de détention de dauphins sont déjà sévères, selon lui. Une interdiction des importations n'est pas à l'ordre du jour.

ATS