Navigation

Tim Guldimann évoque une impression de "stabilité"

Ce contenu a été publié le 09 avril 2014 - 12:29
(Keystone-ATS)

L'envoyé spécial de l'OSCE en Ukraine Tim Guldimann a évoqué mercredi une impression de "stabilité", après une visite de trois jours à l'ouest et au sud du pays. L'ambassadeur suisse a défendu une "décentralisation accrue", plaidée par les Occidentaux et le gouvernement ukrainien mais contestée par la Russie.

Les préparatifs de l'élection présidentielle ukrainienne anticipée du 25 mai constituent un signe "positif" de l'évolution de la situation de la région, a déclaré M. Guldimann lors d'une conférence de presse à Kiev.

Pour autant, les autorités locales sont toujours victimes d'une lenteur dans la distribution des ressources par Kiev. "La décentralisation doit être renforcée", a souligné l'ambassadeur suisse.

Le gouvernement intérimaire ukrainien avait adopté début avril le principe d'une "décentralisation du pouvoir et d'une extension importante des pouvoirs des collectivités locales". Une telle réforme doit notamment permettre de "concilier les intérêts des communautés nationales et locales", expliquait-il.

Quatrième visite

La Russie a en revanche à plusieurs reprises défendu le scénario d'une "fédéralisation" de l'Ukraine qui donnerait encore davantage de pouvoir aux régions.

Cette mesure "protégerait les droits de ceux qui vivent en Ukraine, et principalement de la population russe" dans les régions russophones de l'Est, avait affirmé récemment le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lors d'une interview diffusée à la télévision russe.

Nommé par le président de la Confédération Didier Burkhalter, Tim Guldimann s'est rendu lundi pour la quatrième fois en Ukraine en tant qu'envoyé spécial de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), présidée cette année par la Suisse.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.