Toute l'actu en bref

Tim Hug ressort de l'anonymat. Après trois ans de disette, il s'est classé 6e de la deuxième épreuve "Gundersen" du week-end à Pyeongchang, sur le site des JO d'hiver 2018.

Le Soleurois s'était déjà classé 7e la veille lors du premier concours. Dimanche, il a posé les bases de sa performance lors du saut au grand tremplin, pourtant pas sa tasse de thé. Bénéficiant d'un fort vent portant, il s'est envolé à 137 m. De quoi le placer en 3e position provisoire pour aborder les 10 km à ski de fond.

Sur la piste, Hug a assez rapidement été rejoint par l'Allemand Johannes Rydzek, le leader de la Coupe du monde, parti une quarantaine de secondes derrière lui et qui s'est d'emblée lancé à la poursuite du duo de tête, Mario Seidl (AUT) et Eric Frenzel (GER). Le Soleurois a alors longtemps semblé pouvoir jouer la 4e place. Las, il fléchissait un peu sur la fin, pour obtenir néanmoins un résultat prometteur.

En valeur pure, il a peut-être même réalisé les meilleures courses de sa carrière. Certes, Hug s'était imposé à Chaikovskyi, en Sibérie, en 2014. Mais c'était juste avant avant les JO de Sotchi, et quasiment toute l'élite était absente. Lors de ce week-end sibérien de 2014, il avait également pris une 4e place peu après. Sinon, il ne comptait qu'une seule autre place dans le "top 10" en Coupe du monde avant ce week-end. Il en totalise donc désormais cinq.

Les Allemands ont fêté le doublé avec la victoire de Rydzek, à la photo-finish, devant Eric Frenzel et Mario Seidl, à 15'' (Hug a concédé 53''). Les Allemands ont gagné... toutes les courses individuelles de l'hiver. Ils placent encore quatre des leurs dans les cinq premiers dimanche.

les Championnats du monde de Lahti (FIN) s'ouvrent le 22 février.

ATS

 Toute l'actu en bref