Toute l'actu en bref

Timea Bacsinszky a échoué pour la deuxième fois aux portes de la finale à Roland-Garros. La Vaudoise a été sortie par la bluffante Jelena Ostapenko, victorieuse 7-6 (7/4) 3-6 6-3 d'un match acharné.

Timea Bacsinszky a échoué pour la deuxième fois aux portes de la finale à Roland-Garros. La Vaudoise a été sortie par la bluffante Jelena Ostapenko, victorieuse 7-6 (7/4) 3-6 6-3 d'une belle bataille et qui affrontera Simona Halep en finale.

Barrée en demi-finale en 2015 par la grande Serena Williams, Timea Bacsinszky est, cette fois-ci, tombée face à une joueuse totalement inattendue à ce niveau. Une Lettone qui, du haut de ses 20 ans (elle les fêtait jeudi) et de son modeste 47e rang mondial, a créé surprise sur surprise durant cette quinzaine, Timea Bacsinszky étant la dernière victime de marque d'une liste qui comprend aussi Caroline Wozniacki, Samantha Stosur ou Monica Puig.

Comme les autres à s'être frottées à Jelena Ostapenko à la Porte d'Auteuil, Timea Bacsinszky n'est pas parvenue à annihiler l'incroyable fougue de sa jeune adversaire, une fille qui ne se pose aucune question et qui prend quasiment tous les risques sur chacune de ses frappes. Cela s'est traduit jeudi par de nombreuses fautes directes (45 !), mais surtout par une kyrielle de coups gagnants (50 !!), lâchés avec une rare puissance. La vitesse moyenne de son coup droit est même supérieure à celle... d'Andy Murray, selon les calculs effectués durant la quinzaine à Roland-Garros.

Un point de moins

Malgré la qualité de son jeu de défense et sa science tactique, Timea Bacsinszky n'est pas parvenue à contrer ce déchaînement de frappes, ni à profiter totalement des faiblesses de son adversaire, surtout en deuxième service. La tête de série no 30 n'a pourtant jamais baissé les bras. Et lorsqu'elle a sauvé une balle de 4-1 dans la manche décisive, avant de recoller à 3-3, elle semblait même en mesure de prendre le dessus. Mais c'était sans compter sur Jelena Ostapenko qui, loin de se décourager, est repartie de plus belle en raflant les trois derniers jeux du match. Une partie conclue sur un ultime coup droit gagnant (forcément) après 2h24 d'un sacré duel, à l'issue duquel la Vaudoise n'a marqué qu'un point de moins que son adversaire (106-105)...

Battue le jour de ses 28 ans, Timea Bacsinszky ne deviendra donc pas cette année la deuxième Suissesse à se qualifier pour la finale à Roland-Garros après Martina Hingis, finaliste malheureuse en 1997 et 1999. La déception est légitime pour la Vaudoise qui, comme en 2015 face à Serena Williams, est passée tout près de sa première grande finale. Elle saura toutefois tirer le positif de son parcours parisien, et d'autant plus qu'elle avait abordé ce tournoi sans grandes références depuis le début de la saison.

Deuxième tentative pour Halep

Quant à Jelena Ostapenko, elle va tenter samedi de couronner son formidable parcours en s'offrant la Coupe Coupe Suzanne- Lenglen, ce qui constituerait son premier trophée sur le circuit. Première Lettone en finale d'un Grand Chelem, et première joueuse non tête de série à atteindre la finale à Roland Garros depuis la Yougoslave Mima Jausovec - battue en finale en 1983 par Chris Evert -, elle aura toutefois fort à faire contre Simona Halep (no 3).

La Roumaine, qui fait figure de favorite depuis le début du tournoi, a écarté la Tchèque Karolina Pliskova (no 2) dans l'autre demi-finale, 6-4 3-6 6-3. Miraculée au tour précédent - elle était menée 6-3 5-1 par Elina Svitolina, sauvant même une balle de match -, Simona Halep partira samedi en quête de son premier titre en Grand Chelem. Elle avait échoué lors de sa seule finale disputée jusqu'ici face à Maria Sharapova, déjà à Roland-Garros en 2014. A noter qu'une victoire lui permettrait aussi d'accéder à la première place mondiale.

ATS

 Toute l'actu en bref