Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Jérusalem - Un incident sérieux a fait quatre tués mardi à la frontière israélo-libanaise, rompant inopinément une trêve conclue il y a quatre ans sous l'égide des Nations unies. "Profondément inquiet", le Conseil de sécurité a lancé un appel à la retenue, à l'instar de Bruxelles et Washington.
Deux soldats et un journaliste libanais ainsi qu'un officier israélien ont été tués lors d'un accrochage entre les armées des deux pays, le plus grave depuis la fin de l'offensive de Tsahal contre le Hezbollah en juillet et août 2006.
Le mouvement chiite libanais, dont la chaîne de télévision Al Manar a annoncé la première le décès de l'officier israélien, n'a pas pris part à l'engagement, autour du village frontalier d'Adaïsseh.
Couper un arbre
"Tout a commencé lorsque les Israéliens ont voulu couper un arbre en territoire libanais. L'armée libanaise a tiré des coups de semonce et ils ont riposté par un pilonnage", a rapporté une source militaire libanaise. Des témoins confirment les tirs sur le village.
Un hélicoptère a par ailleurs tiré deux missiles sur un poste de l'armée près d'Adaïsseh, faisant deux tués parmi les militaires et détruisant un blindé libanais. Un journaliste libanais a été également tué et un autre légèrement blessé. Selon un porte-parole de l'armée, 15 soldats et civils ont été blessés au total.
Tsahal, qui a confirmé le décès d'un lieutenant-colonel et annoncé qu'un autre officier avait été grièvement blessé, a aussi assuré que ses militaires avaient essuyé des tirs alors qu'ils se livraient à "une activité de routine" entre la clôture de sécurité israélienne et la "ligne bleue" définie par l'ONU entre les deux pays.
Plainte à l'ONU
Israël a déclaré "tenir le gouvernement libanais pour responsable de cet incident grave". L'Etat hébreu a annoncé le dépôt d'une plainte contre le Liban au Conseil de sécurité de l'ONU, pour violation de la trêve qui avait mis fin en août 2006 à 33 jours de guerre.
Le Premier ministre libanais, Saad Hariri, a dénoncé de son côté "des violations israéliennes de la souveraineté libanaise" et contacté le président égyptien Hosni Moubarak pour examiner "les moyens de faire face à l'agression israélienne contre l'armée libanaise".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS