Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le canton de Genève dispose d'un budget pour 2012. Plombée par les perspectives économiques moroses, la copie adoptée vendredi par le Grand Conseil présente un déficit de 349 millions de francs. Dégât collatéral de ce vote: les fonctionnaires perdront leur annuité en 2012.

Ils ne toucheront pas l'augmentation prévue dans les mécanismes salariaux, au grand dam des socialistes et du MCG qui ont dénoncé un mépris à l'égard de la fonction publique. Cette suppression de l'annuité, immédiatement dénoncée par le Cartel intersyndical, permet au canton d'économiser 30 millions.

Une ponction de 60 millions sur les bénéfices des Services industriels de Genève (SIG) limite aussi le déficit. Ces mesures et diverses coupes ont contribué à contenir le déficit qui était plus important dans les premiers projets.

En effet, en septembre, le Conseil d'Etat présentait un budget déficitaire à hauteur de 429 millions. Dans les semaines suivantes, les perspectives les plus pessimistes fondées sur la crise du franc fort misaient même sur un déficit d'un demi-milliard.

Amendements en série

Un abysse inacceptable pour l'Entente, l'UDC et les Verts. Mais se retrouver sans budget aurait été encore pire, selon ces partis. Le Grand Argentier David Hiler avait mis en garde les députés contre cette situation irresponsable qui bloquerait des investissements indispensables pour le canton.

Le conseiller d'Etat écologiste a aussi souligné la nécessité d'augmenter les dépenses pour assurer la réforme du cycle d'orientation voulue par le peuple, pour augmenter les effectifs de la police, pour doter les nouveaux EMS en personnel ou encore pour faire rouler des trams sur le nouveau réseau.

Minorisés, les socialistes et le MCG ont déposé une cinquantaine d'amendements pour revenir sur des coupes touchant notamment la formation, les handicapés ou encore les personnes âgées. Après dix heures de débat, la seule modification qui a finalement passé la rampe est une hausse de recette de 3 millions proposées par le gouvernement. Il s'agit d'une plus-value foncière.

ATS