Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Plus d'un tiers des médecins en Suisse provient de l'étranger, dont une large majorité d'Allemagne (archives).

KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER

(sda-ats)

La part des femmes médecins continue d'augmenter en Suisse, même si elles restent moins nombreuses que les hommes. Celle des étrangers aussi, qui atteint le tiers des 36'900 praticiens en exercice en 2017.

Selon les statistiques publiées mercredi par la Fédération des médecins suisses (FMH), la Suisse comptait l'an dernier 15'497 femmes et 21'403 hommes pratiquant la médecine. Le nombre total a augmenté de 725 personnes ou 2%. Les 36'900 médecins correspondent à 32'586 équivalents plein temps.

Bien que les hommes restent plus nombreux que les femmes avec 58%, la part des femmes a davantage progressé (3,8%) que celle des hommes (0,9%) par rapport à l’année précédente.

Médecins allemands

Quant aux praticiens provenant de l'étranger, leur part a augmenté de 1,2%, pour s'élever à 34%. La plupart viennent des pays limitrophes, l’Allemagne (54,4%) offrant le plus grand réservoir.

Plus de la moitié des médecins (51,1%) exercent dans le secteur ambulatoire contre 47,3% dans le secteur hospitalier et 1,6% dans un secteur autre.

On trouve le plus grand nombre de femmes médecins dans les disciplines telles que la psychiatrie, la psychothérapie pour enfants et adolescents, la pédiatrie et la gynécologie-obstétrique. Dans ces spécialités, six médecins sur dix sont des femmes.

La chirurgie reste en revanche la chasse gardée des hommes. En particulier dans la chirurgie orale et maxillo-faciale, la chirurgie thoracique et la chirurgie orthopédique, neuf médecins sur dix sont des hommes.

La Suisse compte 4,3 médecins pour 1000 habitants. Pour comparaison, la densité est de 5,2 en Autriche, 4,1 en Allemagne, 4 en Italie, 3,1 en France et 2,6 aux Etats-Unis.

Sans surprise, les densités de médecins les plus élevées se trouvent dans les zones urbaines, comme Bâle-Ville (10,1), Genève (6,5) et Zurich (5,3) et les plus basses à Uri (1,8), Appenzell Rhodes-Intérieures (1,9) et Obwald (2,2).

50 ans en moyenne

La moyenne d’âge des médecins en exercice se situe en 2017 à 49,4 ans. Un médecin du secteur ambulatoire a en moyenne dix ans de plus que son collègue du secteur hospitalier (54,8 contre 43,4 ans).

Cette différence d’âge s’explique principalement par le fait que la formation postgraduée des médecins-assistants se déroule essentiellement en milieu hospitalier.

En dessous de 40 ans, le nombre de femmes médecins est majoritaire dans les deux secteurs. Au-delà de cet âge, le nombre d’hommes en exercice dépasse actuellement celui des femmes. Mais la hausse de la proportion de femmes chez les étudiants devrait produire ses effets ces prochaines années.

Si, dans l'ensemble, le nombre de médecins augmente, celui des postes à temps plein ne croît pas nécessairement en raison de la tendance au travail à temps partiel. Si on ajoute à cela qu’un médecin sur trois vient de l’étranger, la Suisse doit former plus de praticiens pour subvenir à ses besoins et garantir la prise en charge médicale à long terme, souligne une nouvelle fois la FMH.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS