Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

En 2017, un peu moins de 800 couples de même sexe ont fait enregistrer leur partenariat, soit une hausse de 6,7% par rapport à l'année précédente (image symbolique).

Keystone/MARTIAL TREZZINI

(sda-ats)

L'année 2017 affiche une hausse du nombre des partenariats enregistrés, alors que celui des mariages a reculé, selon l'Office fédéral de la statistique (OFS). Et si le nombre de naissances a baissé, celui des décès a augmenté, à cause de la grippe hivernale.

En 2017, un peu moins de 800 couples de même sexe ont fait enregistrer leur partenariat, soit une hausse de 6,7% par rapport à l'année précédente, selon la dernière statistique du mouvement naturel de la population publiée mardi. Le nombre de couples d'hommes continue d'être supérieur à celui des femmes, même si l'on observe une forte progression des partenariats de femmes (+32,6%).

Les mariages sont pour leur part en diminution constante. Au total, 39'800 mariages ont été célébrés en 2017, contre 41'600 en 2016, soit un recul de 4,5%. Cette baisse s'observe aussi bien dans les unions entre ressortissants étrangers (-9,1%) que dans les mariages mixtes (-6,3%). Les mariages entre ressortissants suisses sont également en baisse (-1,5%) pour la troisième année consécutive.

Naissances hors mariage

La tendance à convoler recule dans presque tous les cantons, exception faite d'Obwald, de Bâle-Ville, du Jura, de Nidwald, d'Uri et d'Argovie, où le nombre de mariages a augmenté. Les naissances sont aussi moins nombreuses, pratiquement dans tous les cantons là aussi. Seuls Uri, Nidwald, le Jura et Lucerne affichent une hausse.

Au total, 85'000 bébés sont nés en 2017, soit 2900 de moins qu'en 2016 (-3,3%). On estime provisoirement le nombre moyen d'enfant par femme à 1,48. Si la majorité des naissances (75,5%) survient dans le cadre du mariage, celles hors mariage sont toujours plus nombreuses, soit 24,5% contre 24,2% en 2016. Le nombre de reconnaissances de paternité suit la même courbe et se monte à 20'700 cas (+1,6%).

Une baisse des divorces

Le nombre de divorces diminue lui fortement (-12,8%) par rapport à l'année précédente, pour atteindre 14'900 cas. La majorité des cantons enregistrent également une baisse. Seuls Uri, Appenzell Rhodes-Intérieures, le Jura et Schwyz affichent une hausse des cas.

La durée moyenne du mariage au moment du divorce reste stable à 15 ans. On estime provisoirement qu'un mariage sur trois (36,1%) pourrait se terminer un jour par un divorce, si les comportements observés en 2017 restent identiques à l'avenir.

Grippe hivernale mortelle

Enfin, tout comme la France et l'Italie, la Suisse a enregistré en 2017 une hausse des décès. Au total, 66'600 personnes sont mortes, soit 1600 cas de plus que l'année précédente. Le nombre de décès a été particulièrement élevé au mois de janvier, lors de l'épisode grippal, avec 7500 décès contre une moyenne de 6000 cas entre 2010 et 2016. Ils concernaient presque exclusivement des 65 ans ou plus.

A l'exception d'Appenzell Rhodes-Intérieures, du Jura, de Schwyz, d'Argovie, de Schaffhouse, d'Appenzell Rhodes-Extérieures et de Berne, le nombre de décès augmente dans tous les cantons. En outre, le Tessin, Bâle-Ville, les Grisons, Schaffhouse, Uri, Soleure et Glaris affichent plus de décès que de naissances. Il s'agit surtout de cantons où la part des personnes âgées a dépassé celle des jeunes.

En raison du plus grand nombre de décès et du recul des naissances, l'accroissement naturel diminue et s'établit à 18'400 (-19,7%). De fait, il ne contribue que de façon moindre à la croissance démographique.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS