Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

John Degenkolb (Trek) a remporté la 9e étape du Tour de France qui comportait quinze secteurs pavés, devant le porteur du maillot jaune Greg Van Avermaet (BMC), dimanche, à Roubaix.

Une étape qui a fait, comme redouté, de la casse.

Des candidats au podium, le Colombien Rigoberto Uran est le principal perdant du jour sur le plan comptable en lâchant plus d'une minute. Un autre prétendant, l'Australien Richie Porte, a abandonné sur chute. Vainqueur de Paris-Roubaix en 2015, l'Allemand Degenkolb a enlevé pour la première fois une étape du Tour.

Les chutes se sont multipliées dans cette étape de 156,5 kilomètres, le plus souvent à l'entrée ou à la sortie des pavés, dans la poussière des bas-côtés. Chris Froome, vainqueur sortant, est allé à terre à 46 kilomètres de l'arrivée. Mais le Britannique a pu repartir rapidement.

Pour le Français Romain Bardet, l'étape a ressemblé à une interminable course-poursuite. Il est parvenu à revenir sur le groupe des favoris après ses deux premières crevaisons. La troisième, à 7 kilomètres de l'arrivée, l'a condamné à attendre l'Espagnol Mikel Landa, distancé pour sa part sur chute. Bardet et Landa sont presque rentrés sur le premier peloton au moment d'en terminer avec cette chaude et irrespirable étape.

La course a causé la perte de Porte, qui a chuté dans les premiers kilomètres, bien avant le premier secteur pavé. L'Australien, l'épaule droite touchée, a été contraint à l'abandon tout comme l'an passé, dans la 9e étape déjà.

Pour la victoire, Degenkolb a suivi, avec Van Avermaet, le champion de Belgique Yves Lampaert, qui a attaqué à 17 kilomètres de l'arrivée, sur les pavés de Camphin.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS