Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Michael Matthews (Sunweb) a gagné la 16e étape du Tour de France à Romans-sur-Isère. L'Australien a devancé au sprint le Norvégien Edwald Boasson Hagen et l'Allemand John Degenkolb.

Matthews, déjà vainqueur de la 14e étape, a ainsi fêté un deuxième succès sur la Grande Boucle 2017. C'est sa troisième victoire dans l'épreuve.

Le sprint a été très serré entre Matthews, Boasson Hagen - déjà battu de peu dans la première semaine (par Marcel Kittel à Nuit Saint-Georges) - et Degenkolb. Matthews, qui s'est rapproché de Kittel au classement par points (maillot vert), a conclu le travail de son équipe durant une bonne partie de cette étape de 165 kilomètres menée à vive allure, à plus de 45 km/h.

Le rythme des hommes de Matthews a distancé Kittel, vainqueur de cinq étapes dans ce Tour, peu après le départ du Puy-en-Velay. Le porteur du maillot vert, au sein d'un deuxième groupe, n'a pu revenir sur le peloton principal.

Dans le final très venté, sous une forte chaleur (33 degrés), l'équipe de Froome a provoqué plusieurs cassures, la principale à 15 kilomètres de l'arrivée. L'Irlandais Dan Martin et le Sud-Africain Louis Meintjes en ont été les principales victimes.

Dan Martin, qui a lâché une cinquantaine de secondes, a reculé de la 5e à la 7e place du classement général, à plus de deux minutes de Froome.

Mercredi, la 17e étape, longue de 183 kilomètres entre La Mure et Serre-Chevalier, s'attaque à deux cols hors catégorie, la Croix-de-Fer (2067 m) et surtout le Galibier (2642) escaladé par sa face nord, la plus redoutable. L'arrivée est jugée après une longue descente de 28 kilomètres.

ATS