Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Tour de France débute samedi aux Pays-Bas à Utrecht. Pour cette édition 2015, quatre grands favoris se dégagent: Vincenzo Nibali, Alberto Contador, Nairo Quintana et Chris Froome.

Quelle sont les forces et des faiblesses de ce "Big Four" ?

Vincenzo Nibali. Vainqueur avec brio l'an dernier, le Sicilien est connu pour son tempérament offensif et sa science de la course. Capable de s'illustrer sur n'importe quel terrain et dans des conditions météo difficiles, le coureur d'Astana va sans doute chercher à dynamiter le Tour dès la première semaine, et notamment sur les pavés (4e étape), là où il avait posé les premiers jalons de sa victoire en 2014. Bon grimpeur et descendeur hors pair, il sera également dangereux en montagne. Il semble toutefois moins costaud que ses trois principaux rivaux lorsqu'il s'agit de monter au train de longs cols.

Alberto Contador. L'Espagnol, sacré en 2007 et 2009 sur la Grande Boucle, est le meilleur coureur de la dernière décennie sur les grands Tours. Très expérimenté et sans véritables points faibles, le Madrilène peut faire la différence à tout moment avec ses qualités de grimpeur et de puncheur. Il devra toutefois veiller à ne pas perdre trop de temps lors du contre-la-montre par équipes (9e étape), sa formation Tinkoff n'étant généralement pas très à l'aise dans cet exercice. Reste LA grande question avec Contador: a-t-il suffisamment récupéré de sa campagne victorieuse sur le Giro. Il pourrait être le premier à réussir le doublé Tour d'Italie - Tour de France depuis Marco Pantani en 1998.

Nairo Quintana. En quête de son premier Tour de France (il était 2e en 2013), le Colombien se présente comme le plus pur grimpeur de cette édition 2015. Avec son explosivité, le poids plume de la Movistar pourrait faire de gros dégâts lorsque la route s'élèvera. Tout le défi pour lui consistera à passer sans encombre la première semaine de course, durant laquelle il ne devrait pas être à la fête (pavés, cassures, risques de chutes, etc). Attention aussi aux descentes des cols, où il se montre habituellement moins habile qu'un Nibali ou un Contador.

Chris Froome. Sacré en 2013, le Britannique vient de remporter la "répétition générale" au Critérium du Dauphiné. Le leader de l'équipe Sky semble le mieux loti du "Big Four" pour le contre-la-montre d'Utrecht, puis celui par équipes à Plumelec. Mais l'absence d'un long chrono individuel ne va pas favoriser ses desseins, tout comme le profil accidenté de la première semaine. En montagne, l'Anglais est redoutable quand il peut grimper au train et faire parler sa puissance, mais beaucoup moins lorsqu'il est attaqué de toutes parts.

ATS