Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Ski nordique - Après 2009 et 2011, Dario Cologna a triomphé pour la troisième fois sur le Tour de ski.
Le Grison s'est imposé avec 1'02 d'avance au général sur le Suédois Marcus Hellner au terme de la 9e et dernière étape ponctuée par la terrible montée vers l'Alpe Cermis (It), et marquée aussi par la défaillance du Norvégien Petter Northug (3e à 1'44).
De ses trois victoires sur le Tour - un exploit inédit -, ce dernier succès est sans doute le plus convaincant pour Cologna. L'Helvète, monté huit fois sur le podium en neuf étapes, a maîtrisé les 110 km de course de bout en bout, sans le moindre coup de pompe.
Ses facultés de récupération et sa polyvalence ont fait merveille. Que ce soit en sprint, sur les longues distances, en classique ou en skating, Cologna s'est révélé le patron. Il a répondu à toutes les attaques de Northug, qui s'était préparé spécialement pour l'occasion après avoir terminé trois fois deuxième les années précédentes. Une nouvelle fois, la Norvégien a échoué face à un rival supérieur à la fois tactiquement et sur les portions les plus exigeantes physiquement.
Parti avec 1'22 d'avance sur le Norvégien pour la montée finale de dimanche, Cologna a géré son avance comme un métronome. Il en avait gardé sous la semelle pour aborder les rampes les plus dures - jusqu'à 28 % de déclivité sur une pente dévolue normalement au ski alpin -, où sa fluidité a fait merveille. Le Grison semble avoir encore progressé sur le plan technique, avec cette impression de glisser sans effort.
"Dario est plus fort que les années précédentes", confirme l'entraîneur en chef des Suisses Guri Hetland. Il a renforcé sa "caisse" en augmentant le nombre de ses heures d'entraînement de 10 % environ par rapport à la saison passée.
Ce succès lui permet d'empocher un chèque de 100'000 francs. Et de poser des jalons important pour la conquête d'un troisième globe de cristal à la Coupe du monde.

ATS