Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Pas moins de 44 hôtels et restaurants des Grisons et du Tessin vont se partager leurs collaborateurs à partir de l'hiver prochain. Ces exploitations espèrent ainsi réaliser des économies et favoriser l'engagement à long terme des salariés.

L'idée, lancée par la Haute école de technique et d'économie de Coire (HTW) et présentée jeudi, est simple. Les entreprises touristiques, qui connaissent différents pics de travail en hiver et en été, doivent se partager leurs employés.

Le concept est né du constat que les hôtels et restaurants alpins ont besoin de davantage d'employés en hiver qu'en été. Au Tessin, la situation est exactement inversée.

Jusqu'ici, ces entreprises avaient résolu ce problème grâce à des contrats saisonniers. Les employés devaient alors trouver une autre embauche pour le reste de l'année.

Le va-et-vient entre deux postes a toutefois des désavantages pour l'employeur: les saisonniers changent souvent d'emploi et le roulement du personnel est important. Cette situation entraîne des coûts et n'est pas propice à un service de qualité.

Un contrat pour deux postes

Les travailleurs saisonniers participant à ce "partage d'employés" recevront un seul contrat pour un an, mais devront selon la saison travailler pour au moins deux employeurs. Ce modèle leur assure ainsi un revenu sur l'ensemble de l'année.

De leur côté, les 19 entreprises participantes - auxquelles appartiennent les 44 exploitations - espèrent ainsi réduire leurs frais de roulement et ne pas perdre en savoir-faire. Les cantons devraient eux payer moins de prestations de chômage.

Le nombre de personnes participantes cet hiver n'est pas encore déterminé. Une enquête auprès de 150 employés a montré que 79% d'entre eux pourraient imaginer y prendre part.

ATS