Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'hiver s'annonce difficile pour le tourisme helvétique. Les régions de vacances alpines souffrent plus que les villes des conséquences du franc fort et de la conjoncture mondiale défavorable. Il faudra attendre 2013 pour que le nombre des nuitées retrouve une courbe ascendante.

Les touristes ont déjà boudé la Suisse cet été. Entre juin et août, 11,3 millions de nuitées ont été enregistrées, soit une baisse de 2,7% par rapport à l'été 2010, a indiqué Daniela Bär, porte-parole de Suisse Tourisme lundi devant les médias à Zurich. Les régions de montagne sont particulièrement touchées avec un recul de 4,5%.

Ce sont en particulier les touristes de la zone euro (-9,1%) et de la Grande-Bretagne (-10,3%) qui ont tourné le dos à une Suisse où le franc fort rend les séjours trop onéreux.

Les Chinois au secours de la Suisse

Le salut pourrait venir des nouvelles forces économiques comme la Chine, l'Inde, le Brésil ou la Russie. Les nuitées de touristes provenant de ces pays, moins sensibles à la force du franc, ont augmenté de 27,2%.

Ce marché "présente un potentiel de croissance prometteur", selon Jürg Schmid, directeur de Suisse Tourisme, qui mise donc sur ces pays. L'organisation pourra compter sur une augmentation de 10% du financement de la Confédération entre 2012 et 2015, ainsi qu'un montant unique de 12 millions de francs.

Mais selon un sondage réalisé par Suisse Tourisme auprès d'une dizaine de milliers de voyageurs, les touristes de ces régions visitent la Suisse en été, restent peu de temps, plutôt en zone urbaine et sont tournés vers le luxe et le prestige. Ils ne viennent pas faire du ski, résume M. Schmid.

Du coup, les prévisions pour la saison hivernale sur le point de débuter sont pour le moins moroses. Le nombre de nuitées devrait diminuer de 2,6% par rapport à la même saison un an auparavant, selon une étude réalisée par l'institut BAKBASEL et présentée lundi par le directeur tourisme du Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) Richard Kämpf. La baisse devrait se poursuivre en été 2012.

ATS