Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Tennis - Roger Federer demeure un champion d'exception.
Malmené par Nikolay Davydenko (ATP 49) en demi-finale à Rotterdam, le no 3 mondial a donné la leçon à Juan Martin Del Potro (ATP 10) en finale pour conquérir aux Pays-Bas le 71e trophée de sa carrière. Il s'est imposé 6-1 6-4 en 1h26' face à un Argentin pourtant impressionnant la veille face à Tomas Berdych.
Incapable de produire son meilleur tennis le week-end précédent en Coupe Davis sur la terre battue de Fribourg, Roger Federer a su rebondir avec panache à Rotterdam. L'homme aux seize trophées du Grand Chelem y a remporté son 18e titre en salle, où il reste sur sept finales victorieuses. Le Bâlois de 30 ans est même invaincu en indoor sur des surfaces dures depuis l'édition 2010 du Masters 1000 de Paris-Bercy, soit cinq titres et 25 matches remportés.
Au bord de la rupture face à Nikolay Davydenko - il fut mené 6-3 3-1 puis 3-4 0/40 sur son service dans le set décisif -, Roger Federer a livré le match quasi parfait dimanche. Sa tâche s'annonçait pourtant ardue: son adversaire n'avait perdu que 18 points sur son service dans ses deux matches précédents, dont 11 face à un Tomas Berdych écrasé 6-3 6-1 samedi. Mais il possède tout de même un certain ascendant psychologique sur Juan Martin Del Potro, qu'il a battu à neuf reprises en onze duels.
Le Bâlois a rapidement levé les doutes dans cette finale. Dans le premier set, il remportait ainsi 10 des 17 points disputés sur la mise en jeu du vainqueur de l'US Open 2009 ! La frustration doit d'ailleurs être énorme pour Juan Martin Del Potro. Il a, en fait, remporté quatre points de plus que son adversaire à la relance (24 contre 20) ! Mais Roger Federer a fait preuve d'une efficacité redoutable sur les points importants: il écartait les sept balles de break auxquelles il devait faire face, convertissant quant à lui trois de ses cinq opportunités sur le service de Juan Martin Del Potro.

ATS