Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Président de Swiss Tennis, René Stammbach a informé les médias helvétiques de l'évolution du dossier concernant l'organisation d'un tournoi WTA en Suisse dès 2017.

"Les détails du contrat de rachat des droits que détenaient les organisateurs du tournoi de Florianopolis (Bré) ont été réglés", a lâché l'Argovien mardi soir en marge de l'US Open.

"La WTA va rendre sa décision à la fin du mois. Si elle n'accepte pas le transfert des droits, nous aurons au moins essayé de ramener le circuit féminin en Suisse. Mais j'ai bon espoir. Le tennis féminin est moins vendeur que l'ATP Tour. Si nous n'étions pas choisis, le tournoi partirait probablement en Asie", a-t-il affirmé.

René Stammbach a souligné que trois villes étaient candidates pour l'organisation de ce tournoi en Suisse. "Il y a Kreuzlingen, qui est à l'initiative du projet. Bienne peut être une option. Il y a aussi une troisième ville dont le nom n'est pas connu car elle est représentée par un promoteur qui ne l'a pas révélé", a expliqué le candidat à la présidence de la Fédération internationale. "Le tournoi se déroulerait pendant la troisième semaine suivant la fin de l'Open d'Australie (réd: à la mi-février), en même temps que le relevé tournoi de Dubaï. C'est pourquoi nous voulons avoir l'assurance de pouvoir compter sur la présence d'une à deux membres du top 10", a-t-il souligné.

L'Argovien a précisé que Swiss Tennis ne prendrait pas en charge l'organisation du tournoi. "Nous ne voulons pas prendre de risques financiers. Nous avons acheté les droits afin de les +louer+, selon le même modèle que le tournoi ATP de Gstaad. Nous avons négocié avec une agence pour une durée de dix ans. Elle doit verser dix fois le montant annuel comme garantie. Elle en a les moyens", a souri René Stammbach. "C'est l'agence qui choisira la ville organisatrice. Mais j'ai eu l'idée de pratiquer l'alternance entre deux endroits comme cela se fait au Canada (réd: Toronto ou Montréal).", a-t-il conclu.

ATS