Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Tous les riverains des autoroutes n'ont pas encore bénéficié des mesures contre le bruit du trafic routier, alors que le délai de réalisation est échu ce 31 mars. Au moins 10% du réseau nécessite des parois antibruit ou d'autres moyens de protection.

L'OFROU va débloquer 300 millions d'ici 2018. Mais 1,3 milliard de francs seront encore nécessaires pour la suite.

Vu l'augmentation constante du volume du trafic, la protection contre le bruit est désormais devenue une tâche permanente, a constaté l'Office fédéral des routes (OFROU) en annonçant les travaux à venir.

Jusqu'ici, 2,8 milliards de francs ont été investis dans la lutte contre le bruit. Cette somme a permis de prendre des mesures sur 90% du réseau des routes nationales ou 1650 km. Alors que le premier délai pour l'assainissement est expiré, des tronçons d'une longueur totale de 220 km sont encore en attente. Seuls 140 km bénéficieront de mesures d'ici 2018.

Travaux à Estavayer

En Suisse romande, il s'agit de 60 km près d'Estavayer-le-Lac (FR) où les travaux sont estimés à 25 millions. Winterthour se taille la part du lion avec 23 km devisés à 211 millions. Les autres tronçons concernés se trouvent vers Thoune, Zofingue et Bellinzone. Les projets seront mis à l'enquête publique d'ici la fin de l'année.

Les derniers tronçons suivront après 2018. Il s’agit de quelque 80 projets de longue haleine: entre le lancement et la fin, on compte en général entre cinq et sept ans, procédures juridiques ordinaires comprises, selon l'OFROU.

Dans cette catégorie, on trouve par exemple en Suisse romande des tronçons entre Bardonnex (GE) et Etoy (VD), autour de Montreux (VD), d'Yverdon et entre Tavannes et Bienne (BE).

De nouvelles mesures devront également être entreprises pour contrer la croissante constate du volume du trafic. Même les tronçons assainis nécessiteront par endroits des corrections. Dans la mesure du possible, les mesures antibruit portent directement sur l’infrastructure autoroutière: revêtements de routes peu bruyants, parois antibruit, tronçons couverts.

Dédommagement possible

Dans certains cas, les personnes touchées par un bruit routier excessif ont la possibilité de réclamer un dédommagement unique de la dépréciation de leur bien-fonds. Le Tribunal fédéral a défini des critères à remplir.

Il exige que les nuisances sonores dépassent la valeur limite d’immission, qu’elles n’aient pas été prévisibles, que le dommage présente une certaine gravité et que la revendication ne soit pas prescrite.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS