Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Football - Tout reste à faire pour le FC Barcelone. Tenu en échec 0-0 à San Siro par le Milan AC, le FC Barcelone n'est à l'abri de rien dans son quart de finale de la Ligue des Champions.
Même si le ballottage lui est favorable, le Barça ne peut pas crier victoire avant le match retour mardi dans cette confrontation face à une équipe qui avait marqué deux buts et partagé l'enjeu au Nou Camp cet automne en phase de poules. A Milan, les Catalans ont attaqué sans relâche pour tenter de marquer ce but qui les aurait placé sur une voie royale.
Mais même une équipe qui a inscrit... 30 buts cette saison en Ligue des Champions peut sécher quand elle n'est pas dans un grand soir. Elle a trouvé il est vrai en face d'elle une défense qui fut, malgré l'absence de son patron Thiago Silva, à la hauteur de l'événement. Réputé à juste titre par son jeu offensif, le Champion d'Italie a démontré l'espace d'un soir qu'il savait lui aussi bien défendre.
Fabregas et Pedro sur le banc, Keita à la récupération aux côtés de Busquets: Pep Guardiola avait pris soin de serrer sa garde à San Siro. Le Champion en titre ne pouvait pas, il est vrai, se permettre de partir la fleur au fusil contre les Milanais.
L'action de la 3e minute devait lui rappeler cette évidence. Sur un ballon perdu par Busquets, Boateng et Robinho semaient la panique dans la surface du Barça. Malgré cette occasion d'entrée de jeu et la volonté de presser haut l'adversaire, le Milan ne pouvait toutefois pas endiguer les vagues catalanes qui ne cessaient de le repousser devant la cage d'Abbiati.
La rencontre gagnait en intensité physique après le repos. Cette nouvelle donne favorisait les desseins des Milanais qui ne pouvaient, comme toutes les autres équipes, dialoguer d'égal à égal sur le plan technique avec les maîtres catalans. Autour d'un Nesta dont le grand retour aux affaires fut très convaincant avant sa sortie sur blessure à la 75e minute, la défense milanaise laissait moins d'ouverture.
Remarquable avant le repos, Sanchez fut, ainsi, beaucoup plus discret. Le Chilien "éteint", il restait toutefois ce diable de Messi pour provoquer le danger. L'Argentin le faisait à la 57e avant d'être victime d'une faute de Nesta justement sanctionnée d'un carton jaune. A la 88e, il réussissait un dernier grand numéro avant d'échouer devant Abbiati

ATS