Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) a lancé un mandat d'arrêt contre Florence Hartmann, ancienne porte-parole du procureur du TPIY Carla Del Ponte. La Française a été condamnée en appel à une amende de 7000 euros, qu'elle refuse de payer.

"Il est par la présente ordonné à la République française de rechercher, d'arrêter, d'écrouer et de remettre rapidement au tribunal Florence Hartmann dont l'amende de 7000 euros a été transformée en une peine de sept jours de prison", a indiqué la chambre d'appel du TPIY dans son arrêt.

L'ancienne porte-parole du procureur a été condamnée en 2009 pour outrage à la cour. Elle avait été reconnue coupable d'avoir révélé, notamment dans son livre "Paix et châtiment", le contenu de deux décisions confidentielles du TPIY qui auraient permis, selon elle, de prouver l'implication de la Serbie dans le massacre de Srebrenica (est de la Bosnie).

Ancienne correspondante du quotidien français "Le Monde" dans les Balkans, Florence Hartmann avait été de 2000 à 2006 la porte-parole du procureur Carla Del Ponte, à qui le Belge Serge Brammertz a succédé en 2008.

ATS