Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le conseil général de la ville de Fribourg a invalidé lundi soir l'initiative des libéraux-radicaux "Plus de fluidité, moins de sens uniques". A moins que les initiants n'obtiennent gain de cause devant le Tribunal cantonal, le peuple ne pourra donc pas se prononcer.

A l'issue d'un débat portant sur la forme de l'initiative et non sur le fond, les nombreux juristes de l'assemblée ne sont pas parvenus à se départager. Le bureau du législatif n'a recommandé la non-validation que par une voix de majorité, celle du président, issu des Verts. Il a été suivi par 37 voix contre 33.

Pour mémoire, lancée par le PLR de la ville en octobre 2010, l'initiative a abouti en janvier dernier après avoir recueilli 3232 signatures, soit bien plus que les 2400 requises. But de l'opération: supprimer en particulier le sens unique de la rue de la Gare, accusé par de nombreux usagers de la route, d'être la cause d'une recrudescence des bouchons au centre-ville.

La mesure a été mise en place en juillet 2010 par l'exécutif communal. Elle découle cependant de décisions prises en 2004 par un exécutif, dont la majorité était de droite et non de gauche comme c'est le cas actuellement, a rappelé le syndic Pierre-Alain Clément (PS).

Recours prévu

L'objet a clairement opposé la gauche à la droite. Pour le PS, les Verts et le PCS (Parti chrétien-social), le conseil général n'a pas de compétences en matière d'aménagement. Ce qu'ils ont d'ailleurs regretté. Egalement députée au Grand Conseil, Christa Mutter a rappelé son long combat au parlement cantonal pour plus de démocratie dans les décisions d'aménagement du territoire.

L'initiative n'est pas pour autant enterrée. Ses auteurs, dont plusieurs siègent au conseil général, ont déjà annoncé qu'ils feraient recours auprès du Tribunal cantonal (TC). "Nous avons 30 jours pour déposer notre recours", a dit à l'ats le président du PLR de la ville, Vincent Jacquat.

ATS