Toute l'actu en bref

Le rhinocéros est très recherché pour sa corne (archives).

KEYSTONE/EPA/ABIR SULTAN

(sda-ats)

Le parc animalier de Pairi Daiza en Belgique a décidé de raccourcir les cornes de ses rhinocéros, a annoncé samedi le directeur de l'établissement. Cette décision a été prise après la mort d'un animal au zoo français de Thoiry, abattu pour sa corne.

Le vétérinaire du parc va raccourcir, "de manière temporaire et à titre de mesure additionnelle aux procédures de sécurité déjà opérationnelles", les cornes des rhinocéros, explique Eric Domb sur la page Facebook de Pairy Daiza.

"Cet acte ignoble est une première en Europe mais s'inscrit dans une succession de vols de cornes perpétrés dans plusieurs musées européens", souligne le directeur qui souhaite protéger à la fois les animaux mais aussi les soigneurs et le personnel de sécurité.

Le 6 mars, Vince, rhinocéros blanc du parc de Thoiry près de Paris, a été abattu de trois balles dans la tête et sa corne a été sciée et volée.

Trafic organisé

Les enquêteurs soupçonnent un acte de trafic organisé, généralement à destination de pays asiatiques où la médecine traditionnelle attribue toutes sortes de vertus à la corne de rhinocéros, dont celles de guérir le cancer ou l'impuissance. Elle peut se vendre jusqu'à 60'000 dollars le kilo sur le marché noir, soit près de deux fois le prix de l'or.

Faite de kératine, agglomérat de poils, la corne de rhinocéros croît en permanence et peut être facilement réduite. Elle repousse, comme les ongles et les cheveux.

ATS

 Toute l'actu en bref