Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le trafic ferroviaire reprenait progressivement vendredi en France où un retour à la normale était attendu dans la soirée ou samedi matin, a annoncé le président de la SNCF. Un mouvement spontané de grève a été déclenché jeudi suite à une violente agression d'un contrôleur du train.

"La bonne nouvelle, c'est qu'aucune assemblée générale n'a reconduit le mouvement", a dit Guillaume Pepy sur France 2. Il a ajouté que le trafic reprendrait normalement "en fin de soirée ou demain matin".

Dix-sept des 23 régions concernées ont voté dans l'après-midi la reprise du travail après les débrayages déclenchés la veille, qui ont provoqué de fortes perturbations du trafic jeudi dans la journée et vendredi matin.

Autre grève prévue

Les syndicats de cheminots ont cherché à calmer le jeu. Mais certains entendent reposer les problèmes de sécurité à l'occasion de la journée nationale d'action contre l'austérité prévue par cinq centrales syndicales françaises le 11 octobre.

Le trafic des trains a été très perturbé dans la matinée. "En moyenne un TER sur 4" et "1 TGV sur 3", avec "de fortes disparités selon les régions et les axes" avaient été supprimés. Des retards ont en outre été enregistrés sur certaines lignes entre la Suisse et la France, essentiellement au niveau de trains régionaux frontaliers, selon les CFF.

Passager agressif

Selon le récit de la SNCF, le contrôleur agressé a reçu huit coups de couteau alors qu'il intervenait auprès d'un passager "au comportement déséquilibré et agressif". Touché au bras et à l'abdomen, perdant beaucoup de sang, l'homme a été transporté par hélicoptère à l'hôpital de Besançon dans un état jugé alors très préoccupant. Selon la CGT, son état s'est amélioré vendredi.

L'agresseur présumé sera présenté samedi en fin de matinée à un juge d'instruction en vue de sa mise en examen pour tentative de meurtre aggravé, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.

ATS