Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

En visite en Roumanie, Simonetta Sommaruga a passé un accord avec le ministre roumain de l'Intérieur sur la création d'un groupe de travail pour lutter contre la traite d'êtres humains. La cheffe du DFJP s'est rendue dans des institutions aidant des victimes de ce trafic.

La lutte contre le crime organisé a été au coeur des discussions avec Igas Traian, a indiqué le Département fédéral de justice et police (DFJP). Ces dernières années, la Suisse a enregistré une hausse des infractions commises par des ressortissants roumains.

La conseillère fédérale a loué la bonne collaboration policière entre la Suisse et la Roumanie, mais pointé certaines lacunes concernant la lutte contre la traite d'êtres humains.

Réinsertion des victimes

Des améliorations s'imposent non seulement dans le domaine de la poursuite pénale, mais aussi en matière de prévention et d'aide aux victimes, en particulier pour la réinsertion de femmes et d'enfants.

À cet effet, un groupe de travail bilatéral composé de représentants des forces de police, de spécialistes des questions migratoires et de membres d'organisations non gouvernementales (ONG) sera mis sur pied début 2012.

Mme Sommaruga a également été reçue par le ministre de la justice, Catalin Predoiu, avec qui elle s'est informée de l'avancement des réformes judiciaires en Roumanie et de la lutte contre la corruption dans le pays.

ATS