Un traitement stationnaire forcé est imposé à l'homme de 52 ans qui avait agressé les employés d'une assurance à Schaffhouse à l'été 2017. Le Tribunal fédéral n'est pas entré en matière sur la décision de justice prescrivant la prise de médicaments antipsychotiques.

Le recourant a été transféré à fin septembre 2017 dans le centre de thérapie stationnaire forensique de l'Hôpital cantonal de Zurich à Rheinau. Durant sa détention préventive, il a fait preuve d'un comportement imprévisible en raison de brusques changements d'humeur.

Un traitement par médicaments antipsychotiques lui a été imposé à fin juin 2018. L'intéressé s'y est opposé en vain devant le Tribunal d'arrondissement d'Andelfingen (ZH).

Saisi d'un recours, le Tribunal cantonal de Zurich a estimé que les conditions d'un traitement forcé était remplies. Vu ses antécédents et les conclusions d'un expert, on peut s'attendre à ce que cet homme présente un danger pour lui-même et pour des tiers.

Ces éléments ressortent d'un arrêt du Tribunal fédéral publié jeudi. Les juges de Mon Repos ne sont pas entrés en matière sur le recours du quinquagénaire, car il était insuffisamment motivé. (arrêt 1B_380/2018 du 13 août 2018).

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.