Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - L'Hôpital de l'Ile à Berne ne veut pas que les transplantations cardiaques puissent continuer d'être effectuées dans trois hôpitaux de Suisse jusqu'en 2013. Invoquant des vices de forme, il dépose un recours au Tribunal administratif fédéral (TAF) contre la décision de ne pas les concentrer plus vite.
Le 28 mai dernier, un organe spécialisé de la Conférence des directeurs cantonaux de la santé (CDS) a décidé que les transplantations cardiaques continueraient d'être réalisées à Berne, Lausanne et Zurich jusqu'en 2013.
L'Hôpital de l'Ile reproche à cet organe de l'avoir privé de ses droits de procédure, à savoir une audience préalable, l'accès aux dossiers et le droit à une décision suffisamment fondée, communique-t-il vendredi.
L'hôpital universitaire bernois critique aussi le contenu de la décision: pour des raisons de qualité, il est faux de continuer de réaliser des transplantations cardiaques sur les trois sites. L'organe scientifique de la CDS avait d'ailleurs fait des recommandations en ce sens, mais elles avaient été rejetées le 28 mai.
L'Ile veut le rôle de leader
A long terme, l'hôpital bernois se voit comme le seul centre pour transplantations cardiaques en Suisse. En attendant, ces dernières ne devraient être effectuées plus qu'à Lausanne et Berne, exige l'hôpital.
En comparaison nationale, Berne a réalisé le plus grand nombre de ces opérations. De plus, ce sont les opérés de l'Hôpital de l'Ile qui présentent le taux de survie le plus élevé.
Pour fonder son recours, l'hôpital s'appuie sur une expertise réalisée par une professeure de droit zurichoise. Le respect des règles de procédure est très important, écrit-il, car d'autres décisions concernant la concentration de la médecine de pointe devraient être prises à l'avenir.
Le recours bernois n'est pas une véritable surprise: dès la décision connue fin mai, le président de la direction de l'Ile Urs Birchler l'avait critiquée. Au vu du petit nombre de transplantations cardiaques réalisées chaque année en Suisse, une répartition sur trois sites est une "erreur professionnelle", avait-il déclaré.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS