Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Alitalia a mené des pourparlers à haut niveau sur une possible fusion avec Air France, a rapporté samedi le quotidien "Il Messaggero". La compagnie aérienne française détient déjà le quart du capital du transporteur italien.

Selon le journal, des responsables d'Alitalia ont rencontré vendredi à Paris le patron du groupe Air France-KLM, Jean-Cyril Spinetta. Parmi eux se trouvait Gaetano Micciche, responsable de la branche investissement de la banque Intesa Sanpaolo, qui a contribué à la mise au point de l'accord de 2008 qui a sauvé Alitalia d'une imminente banqueroute.

Interrogé par l'AFP à Paris, Air France n'avait pas réagi samedi en début d'après-midi. Un conseil d'administration d'Alitalia est prévu mardi.

Difficultés financières

La compagnie a souffert des difficultés de l'économie italienne et des effets de la crise de la dette en zone euro et, selon "Il Messaggero", elle prévoit des pertes nettes de 60 à 70 millions d'euros pour 2011.

Le quotidien précise que les actionnaires italiens s'impatientent et essayent de mettre fin à la période de blocage qui empêche le transfert d'actions à Air France-KLM jusqu'en octobre 2013.

Caractère national

L'accord pour privatiser et sauver Alitalia a été conclu sous le gouvernement de Silvio Berlusconi et visait à prévenir une prise de contrôle d'Air France-KLM et de préserver ainsi le caractère national de la compagnie.

Alitalia, qui était au bord de la faillite en 2008, avait été reprise par une alliance de grands patrons italiens et fusionnée avec Air One, la deuxième compagnie de la péninsule. La compagnie avait démarré son activité sous sa nouvelle forme le 13 janvier 2009, au lendemain de l'annonce de son alliance avec Air France-KLM.

ATS