Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les cours pour améliorer le bien-être des animaux lors de leur transport ont apporté des améliorations notables. Imposés aux chauffeurs professionnels depuis 2008, ils permettent de limiter le stress et l'épuisement des bêtes. Un effort supplémentaire pourrait encore être consenti par les paysans.

La législation de septembre 2008 exige que les transports soient effectués avec ménagement. La durée ne doit pas excéder 6 heures et une formation et un perfectionnement sont obligatoires pour les chauffeurs professionnels. En Suisse, 15'000 bovins, porcs et ovins sont transportés quotidiennement sur les routes suisses.

Le Syndicat suisse des marchands de bétail (SSMB) a donc pris les choses en main. "Ces cours sont uniques en leur genre du fait qu'ils associent étroitement la Protection Suisse des Animaux (PSA)", a relevé lundi à Ittigen (BE) Hans-Ulrich Huber, responsable technique de la PSA.

Tout n'est pas rose

Ces cours ont même valeur de modèle, la situation actuelle étant bien différente en Europe, ajoute-t-il. Dans l'UE, 26 millions d'animaux de boucherie sont déplacés chaque jour sur les routes, dont 75% à longue distance, comme des moutons des Pays-Bas conduits en Grèce (57 heures).

Mais tout n'est pas encore rose en Suisse, nuance-t-il. A côté des transporteurs professionnels, les transporteurs paysans devraient aussi se montrer responsables. "Il est parfois surprenant de voir avec quels véhicules inappropriés les paysans transportent leurs animaux par exemple aux marchés à bestiaux", estime Hans-Ulrich Huber.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS