Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Doris Leuthard et son mari avaient été reçus dimanche par le président chinois Xi Jinping et son épouse Peng Liyuan.

KEYSTONE/AP POOL AFP/WANG ZHAO

(sda-ats)

Doris Leuthard a mis en exergue lundi à Pékin le savoir-faire suisse en matière de construction d'infrastructures liées aux transports par la route et le rail. La présidente de la Confédération s'exprimait devant ses pairs au sommet dit "des Routes de la soie".

"A travers les ans, mon pays a développé un réseau robuste de routes et de chemins de fer", a d'abord expliqué Mme Leuthard devant la trentaine de dirigeants représentés depuis dimanche à ce sommet, dont l'objectif est de relancer une "ceinture terrestre" et une "route" maritime. Cet ambitieux projet chinois lancé voici maintenant quatre ans nécessite des investissements internationaux.

Ventant le modèle helvétique, la cheffe du Département fédéral des transports (DETEC) a indiqué que la Suisse "avait été obligée d'innover en raison de sa topographie montagneuse", et la conseillère fédérale de citer l'inauguration l'année dernière du nouveau tunnel de base du Gothard.

Respect de l'Etat de droit

Mme Leuthard a également mis en avant l'expertise suisse en matière de réseau électrique et de télécommunications, selon des extraits de son discours dont l'ats a eu copie. L'ensemble des compétences et les expériences faites en Suisse en la matière "pourraient être utiles à la réalisation des routes de la soie", a-t-elle mentionné.

Devant son homologue chinois Xi Jinping et le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres, la présidente de la Confédération a rappelé que la Suisse avait aussi une longue expérience dans la gestion de grands projets dans le secteur privé. Elle a également rappelé l'importance des normes et standards internationaux et du respect de l'Etat de droit.

Plusieurs accords et conventions entre la Suisse et la Chine ou entre institutions suisses et chinoises ont été signés durant ce sommet, selon un communiqué lundi du DETEC. Il s'agit notamment d'une feuille de route pour la coopération en matière énergétique, ainsi qu'une convention de coopération entre l'Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle (IFFP) et l'Association pour les échanges éducatifs internationaux de Chine (CEAIE).

Rencontres bilatérales

Avant le sommet, Doris Leuthard a rencontré Xi Jinping pour un entretien bilatéral. Les deux parties ont souligné que l'initiative "des Routes de la soie" avait le potentiel d'approfondir encore les relations sino-suisses dans l'esprit du partenariat stratégique convenu en 2016 entre les deux pays, indique le DETEC dans un communiqué.

En marge du sommet de Pékin, la présidente de la Confédération a mené des entretiens bilatéraux avec des chefs d'Etat et de gouvernement des Etats invités. Elle a notamment rencontré le premier ministre grec Alexis Tsipras et la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi.

Rempart contre le protectionnisme

Xi Jinping s'est posé lundi en rempart contre le protectionnisme. "La mondialisation fait face à des vents contraires", a résumé l'homme fort du régime communiste, au deuxième jour d'un sommet qui rassemblait autour de lui une trentaine de responsables mondiaux dont les présidents russe Vladimir Poutine et turc Recep Tayyip Erdogan.

Le président américain Donald Trump n'a pas fait le déplacement de Pékin. A l'exception de l'Italien Paolo Gentiloni, aucun dirigeant du G7 n'a participé au sommet. Plusieurs pays européens ont par ailleurs refusé de s'associer à un communiqué sur le commerce préparé par la Chine, a indiqué une source diplomatique.

Ces pays - dont l'Allemagne, l'Estonie, la France, la Grèce, le Portugal et le Royaume-Uni - ont jugé que ce texte ne faisait pas suffisamment mention des préoccupations des Européens en matière de transparence des marchés publics ou de normes sociales et environnementales.

Xi Jinping a annoncé dimanche à l'ouverture du sommet une nouvelle enveloppe de 113 milliards d'euros pour ces différents projets réunissant une soixantaine de pays: voies ferrées, ports, parcs industriels...

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS