Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'initiative populaire dite "vache à lait" creuserait un trou de 1,5 milliard dans les finances de la Confédération: une "débâcle financière" que les conseillers aux Etats n'ont pas voulu risquer mercredi. La Chambre des cantons, peu convaincue par le texte du lobby routier, l'a largement rejeté par 31 voix contre 4.

"Le texte n'a qu'un seul avantage: il est très clair. Pour le reste, c'est circulez, il n'y a rien à voir !", a résumé Géraldine Savary (PS/VD). L'initiative "pour un financement équitable des transports" veut affecter l'entier du produit de l'impôt sur les huiles minérales, soit environ 3 milliards de francs, à la route, à l'exception des carburants d'aviation.

Actuellement, 50% de l'impôt de base sur l'essence reviennent à la circulation routière et 50% passent dans la caisse générale de la Confédération, qui peut en disposer pour financer d'autres tâches.

La conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf a rappelé la "réalité crue des chiffres": les finances fédérales sont déjà dans les chiffres rouges, pas besoin de les y enfoncer davantage. "Accepter l'initiative, c'est approuver une politique dont on ne peut pas estimer la gravité", a ajouté la ministre des finances.

"Proposition scandaleuse"

"Accepter l'initiative mènerait à une débâcle financière", a critiqué Peter Bieri (PDC/ZG). La Confédération serait obligée de prendre des mesures d'économies qui toucheraient la formation, la recherche ou encore l'agriculture.

Markus Stadler (PVL/UR) a enfoncé le clou: cette "proposition scandaleuse" nuirait aux autres transports au profit de la route. Elle induirait une inégalité de traitement entre les usagers des transports publics et les automobilistes.

En effet, le développement de l’infrastructure ferroviaire est financé, entre autres, par une augmentation du prix des billets. Les automobilistes ne seraient, eux, pas tenus de participer financièrement à l’aménagement des routes nationales en payant des redevances plus élevées, a précisé René Imoberdorf (PDC/VS), au nom de la commission.

Argent de la route pour la route

Des arguments dont a fait fi une minorité favorable au lobby de la route. "Utiliser l'argent de la route pour la route: la demande de l'initiative est logique et normale", a lancé Georges Theiler (PRL/LU). Le développement des infrastructures routières a été négligé pendant des années. Résultat: les bouchons augmentent sans cesse, a renchéri Hannes German (UDC/SH).

L'initiative doit être renvoyée en commission afin qu'elle soit étudiée en même temps que le projet FORTA, le Fonds pour les routes nationales et le trafic d'agglomération.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS