Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Il y a eu moins de morts et de blessés graves dans les transports publics en 2015. Pour l'Office fédéral des transports (OFT), les chiffres, les plus bas en cinq ans, confirment le niveau élevé de sécurité qui règne dans le secteur en Suisse.

Trente-deux personnes ont perdu la vie l'an dernier à cause des transports publics, soit neuf de moins qu'en 2014. Seules deux victimes étaient des voyageurs. Elles sont toutes deux décédées dans un accident de tramway, l'une en débarquant, l'autre lors d'un freinage.

Les autres victimes sont des personnes qui avaient pénétré sur les voies ferrées sans autorisation, ainsi que des passants ou des automobilistes inattentifs, détaille mardi l'OFT dans un communiqué.

Au total, les transports publics ont été liés à 183 accidents, le bilan le plus bas depuis cinq ans. L'an dernier, 230 accidents avaient été recensés. Les blessés graves se sont faits également plus rares. L'OFT en a dénombré 124, contre 172 en 2014.

Les statistiques de 2015 démontrent la sécurité des transports publics suisses par rapport aux autres moyens de déplacement, selon l'OFT. Les routes helvétiques ont pris l'an dernier la vie à 253 personnes, soit 10 de plus en un an. En comparaison européenne, la Suisse se situe en tête en matière de sécurité.

L'office estime avoir contribué à "ce haut degré de sécurité". Il a contrôlé davantage de trains de marchandises que l'année précédente, pour la première fois en collaboration avec l'autorité française de surveillance. Il a aussi suivi de près l'assainissement des passages à niveau et la sécurité entourant les transports de marchandises dangereuses.

ATS