Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Même si le congé paternité a peu progressé depuis l'an dernier, l'enquête annuelle de Travail.Suisse montre que les employeurs publics sont à l'écoute des besoins de leurs employés ayant charge de famille. Le syndicat milite pour un congé paternité de quatre semaines.

Travail.Suisse présentait jeudi à Berne pour la cinquième année consécutive les résultats de son enquête sur les congés parentaux auprès des employeurs publics (Confédération, cantons et grandes villes).

Le local généreux

Elle montre que les réglementations locales sont très souvent plus généreuses envers les employées devenues mères que celles contenues dans la loi. Il en va de même pour le congé paternité et le congé d'adoption, selon l'organisation faîtière syndicale.

Ainsi, dans les conventions collectives de travail, le congé maternité accordé est souvent de 16, voire de 18 semaines payées à 100%, alors que la loi prévoit un minimum de 14 semaines à 80%. Le congé paternité, lui, fait lentement son chemin. Les coûts sont actuellement supportés individuellement par les employeurs.

Congé paternité

Un "vrai" congé paternité est ainsi pratiqué par la moitié des cantons suisses, dont toutes les administrations cantonales romandes, a relevé Valérie Borioli Sandoz, responsable de la politique de l'égalité à Travail.Suisse. Ces treize cantons accordent au moins cinq jours.

Certains offrent en outre la possibilité de transférer des jours de congé supplémentaires de la mère au père. Par rapport à l'année passée, la cause du congé paternité a notamment progressé dans les cantons du Jura et de Fribourg.

Intervention

Mutualisés grâce à une solution nationale, ces congés deviendraient accessibles aux petites et moyennes entreprises, écrit Travail.Suisse, qui revendique de longue date un congé paternité de quatre semaines. L'investissement serait de 180 millions de francs.

La nouvelle conseillère nationale Valérie Piller Carrard (PS/FR) déposera lors d'une prochaine session du Parlement un texte en demandant congé de plusieurs jours pour les pères.

ATS