Toute l'actu en bref

Les risques d'erreur sont importants lorsque les patients ne sont pas en mesure de contrôler l'administration du médicament eux‐mêmes (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

Tox Info Suisse a reçu 39'543 appels l'an dernier liés à des intoxications, un record. Chaque jour, 30 personnes sont victimes d'intoxications médicamenteuses et près de la moitié d'entre elles sont des enfants en âge préscolaire.

Le nombre de consultations au numéro d'urgence 145 a augmenté de 3% par rapport à 2015, un record jamais atteint à ce jour, indique Tox Info Suisse jeudi dans un communiqué. Cela correspond à la tendance des dernières années.

La très grande majorité des demandes (92%) concernait une exposition à une substance toxique, tandis que le reste était de nature préventive. Plus de la moitié des consultations téléphoniques (55%) touchait des enfants, dont 84% en âge préscolaire. Les médicaments, les produits ménagers et les plantes ont été la cause de plus de deux tiers (70%) de tous les cas d'intoxication.

Les enfants sont typiquement victimes d'intoxications accidentelles, tandis que chez les adultes, ces intoxications étaient principalement volontaires. Il s'agit en grande partie de tentatives de suicide (70%) et d'abus de substances (13%).

Dans plus des deux tiers des cas, les appels venaient directement des personnes concernées ou de quelqu'un de leur entourage. Dans les autres cas, il s'agissait de professionnels de la santé demandant des informations spécifiques liées au diagnostic et au traitement d'intoxications aiguës.

"Evolution grave"

Chaque jour, 30 personnes sont victimes d'intoxications médicamenteuses, selon Tox Info Suisse. Près de la moitié (48%) d'entre elles concernent des enfants en âge préscolaire. Les empoisonnements aux médicaments présentent une "évolution grave"; celle-ci est supérieure à la moyenne (ensemble des intoxications), s'alarme l'ancien centre suisse d'information toxicologique.

Une partie de ces intoxications résulte d'erreurs lors de l'administration d'un médicament qui pourraient être évitées, souligne le centre. Les risques sont particulièrement importants lorsque les patients ne peuvent pas contrôler eux-mêmes l'administration du médicament ou lors d'un changement du personnel soignant.

Il s'agit par exemple des enfants à qui l'on prescrit des suppositoires trop forts pour leur âge. Autre exemple, le fait de prendre quotidiennement des médicaments qui sont à administrer une fois par semaine: un tel surdosage peut entraîner une intoxication potentiellement fatale.

ATS

 Toute l'actu en bref