Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Malgré une trêve entrée en vigueur le 11 avril, en préalable à des pourparlers de paix qui se tiennent au Koweït, les affrontements continuent au Yémen (image symbolique).

KEYSTONE/EPA/YAHYA ARHAB

(sda-ats)

Vingt-deux rebelles chiites et 11 membres des forces gouvernementales ont été tués vendredi dans des affrontements survenus dans plusieurs régions du Yémen, ont indiqué des responsables militaires. Parallèlement les pourparlers de paix peinent à aboutir.

Des combats féroces ont éclaté dans la province septentrionale de Jawf, lorsque les rebelles chiites Houthis ont attaqué les loyalistes. L'opération a déclenché une contre-attaque des forces gouvernementales soutenues par la coalition sous commandement saoudien, selon un responsable militaire.

Les combats ont fait 13 morts côté rebelle. Huit loyalistes ont été tués par erreur dans une frappe aérienne qui a raté sa cible, a ajouté le responsable.

Plus au sud, trois rebelles Houthis ont été tués dans des affrontements à Bayhan, dans la province de Shabwa, a annoncé un autre responsable. Et dans la ville de Taëz (sud-ouest), six rebelles et trois loyalistes ont été tués lorsque des insurgés ont attaqué les troupes gouvernementales, a indiqué une source militaire.

Discussions difficiles

Malgré une trêve entrée en vigueur le 11 avril, en préalable à des pourparlers de paix qui se tiennent au Koweït, les affrontements ont continué sur le terrain.

Les discussions de paix avancent difficilement. Jeudi, le gouvernement yéménite a lié tout accord pour mettre fin à la guerre au retrait des Houthis des territoires qu'ils contrôlent et à la remise des armes qu'ils ont saisies à l'Etat. Mercredi, les Houthis avaient posé comme préalable à un accord de paix un chef d'Etat consensuel pour diriger la transition dans le pays.

La guerre au Yémen oppose les forces pro-Hadi, soutenues par une coalition arabe sous commandement saoudien, aux rebelles Houthis. Ceux-ci sont accusés de liens avec l'Iran et alliés à des forces restées fidèles à l'ex-président Ali Abdallah Saleh.

Le conflit a fait plus de 6400 morts et 30'000 blessés depuis l'intervention de la coalition arabe en mars 2015.

ATS